Aujourd’hui, l'accès à la propriété est de plus en plus difficile à Nice, notamment dans l’ancien, où le prix du mètre carré est l’un des plus chers de France. 

Relayé par MySweetImmo, le dernier baromètre "Les Prix Immobiliers" portant sur les chiffres d’octobre 2023 permet de tirer quelques conclu­sions de la tendance du marché actuel. 

Sur le plan national, un ralen­tis­sement de la baisse du tarif de l’ancien se fait ressentir en octobre, passant de -1,9% il y a un an à -1,3% lors des trois derniers mois pour les appartements. 

Nice est la ville la plus chère de Province

Un phénomène qui ne se traduit pas à Nice, puisque chez nous, les montants pour un logement collectif dans l'ancien ne cessent de grimper, que ce soit dans le centre ou en périphérie. 

Le mètre carré est actuel­lement évalué à 5.273 euros, de très loin le plus haut de toute la Province. À la deuxième place de ce classement, Lyon s'en sort mieux, avec un prix au mètre carré fixé à 4.938 euros. 

Paris reste, et de loin, la ville la plus chère du pays (10.973 euros le mètre carré), mais voit dans le même temps ses prix baisser, à l’inverse de notre cité (-4,1% en un an contre +6,2%).

Si l'on compare aux autres villes impor­tantes de la Région Sud, la moyenne à Marseille est de 3.715 euros le mètre carré (+2,5%) et de 2.916 euros à Toulon (+2,5%).

Dans la Métropole de Nice aussi, les prix sont élevés

Comparé aux autres métro­poles du pays, notre terri­toire est là aussi le plus onéreux, en dehors de Paris. 

Acquérir un appar­tement (ancien ou neuf) chez nous coûte en moyenne 5.119 euros du mètre carré, ce qui est plus élevé que dans les métro­poles de Lyon (4.448 euros), Bordeaux (4.215 euros) et Toulouse (4.028 euros). 

Concernant les maisons indivi­duelles, même si les tarifs chutent (-5,4% sur 12 mois), l'accès à la propriété reste diffi­ci­lement possible, avec 4.715 euros en moyenne le mètre carré. Des montants légèrement supérieurs à Lyon (4.625 euros) et à Marseille (4.484 euros). 

Une marge de négociation moins grande en Région Sud

Autre infor­mation impor­tante à retenir, les marges de négocia­tions dont les vendeurs peuvent profiter. L'étude souligne que la latitude dont disposent ces derniers est légèrement inférieure à la moyenne française. 

Dans l’Hexagone, il est possible de négocier 6,7% du prix d’un appar­tement et 7,9% d’une propriété indivi­duelle. En Provence-​Alpes-​Côte d’Azur, ces taux sont établis à respec­ti­vement 6,4% et 7,5%. 

À LIRE AUSSI : Immobilier : Nice, exception en France pour le prix du neuf

Il faut aussi retenir que dans la Région Sud, les cessions de logements anciens ont reculé d’au moins 35% (contre 26,2% en France). 

Ce qui n’est pas sans consé­quence, puisqu'avec le blocage de l’ensemble de la chaîne immobi­lière (marché locatif et achats de logements neufs), les poten­tiels acheteurs sont contraints de rester chez eux.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.