5 QUESTIONS À… Philippe Vardon (RN) : «Attention, une arme de guerre aux Liserons peut faire feu partout à Nice»

Philippe Vardon Liserons fusillades

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Philippe Vardon est conseiller régional de PACA et candidat du Rassemblement national et de la Droite populaire aux municipales à Nice. Il a grandi aux Moulins, un quartier sensible de Nice. 

NICE-PRESSE. L’État et la Ville ont déployé des renforts policiers (voir notre article) dans la cité des Liserons et promis différents aménagements pour éviter de nouvelles violences urbaines. Comment accueillez-vous ces annonces?
P.V. : Ce sont des moyens adaptés, mais ils ne doivent pas être temporaires. Sur place, j’ai discuté avec les CRS : ils viennent de Perpignan, et ils repartent dans une semaine. Depuis plusieurs mois, je demande à ce qu’il y ait de vrais renforts policiers sur place en permanence. Ils sont envoyés très tardivement. Si on m’avait écouté en octobre, il n’y aurait pas eu les deux fusillades de la semaine dernière.

«Il y a des armes de guerre qui traînent»

N‑P. Quels moyens seraient les plus efficaces pour pacifier ce quartier?
P.V. : La priorité, c’est le filtrage. Il faut assécher l’économie criminelle : avec des barrages efficaces, plus de stocks pour les trafiquants et plus de consommateurs. Il faut une plus large collaboration entre les polices nationale et municipale.

À LIRE AUSSI… 5 QUESTIONS À… Fouzia Ayoub (PS): «Les fusillades aux Liserons n’ont rien à voir avec des affrontements entre communautés»

On a vu dans différentes enquêtes parues dans les médias ces jours derniers que des filières de Seine-Saint-Denis seraient en rapport avec la situation actuelle aux Liserons : c’est encore pire que ce que je pensais. Nice est devenue une plaque tournante de la drogue au niveau national.
Il faut désarmer le quartier : il y a des armes de guerre qui traînent. Les caves, les parties communes doivent être fouillées. Les habitants sont même prêts à laisser inspecter leurs appartements.

À LIRE AUSSI… Fusillades à Nice : «On se prépare à une guerre des gangs terrible»

L’autre urgence, c’est d’expulser les trafiquants des logements sociaux, comme je le propose dans mon programme municipal. Ces logements, ils sont destinés à tous les Niçois qui sont dans des situations dramatiques, de précarité, de handicap. Pas pour en faire des bases-arrières des dealers !

«Christian Estrosi est un pompier pyromane»

Christian Estrosi, comme vous, demandait depuis des mois à l’État l’envoi de CRS. Vous ne le trouvez pas assez autoritaire?
P.V. : Il faut une révolution dans la philosophie de l’action. Le maire déverse des millions pour des associations communautaristes et de la rénovation urbaine : les murs ne sont pas des criminels. C’est quand une cité est pacifiée qu’on peut se lancer dans des travaux. Aux Moulins, on a détruit les tours les plus effrayantes : le quartier est encore plus criminel !

À LIRE AUSSI… Info «Nice-Presse». Fusillade à Nice : une habitante des Liserons veut porter plainte contre le préfet

N‑P. Aux Liserons, on parle à la fois d’affrontements communautaires entre Tchétchènes et maghrébins que d’une guerre entre trafiquants, qu’en pensez-vous?
P.V. : J’en pense qu’on a affaire à des communautés qui se déchirent pour le monopole d’un trafic de stupéfiants. Il y a des choses qui diffèrent mais aussi beaucoup de points communs avec ce qu’il se passe à Dijon. La conclusion sera-t-elle la même ? Ces communautés feront-elles la paix dans une des mosquées radicalisées de Nice?

«Nous sommes tous concernés»

N‑P. Si cette cité est surveillée de près, ou même rasée, y a‑t-il un risque pour cette situation tendue s’étende à d’autres zones de la ville, touchées par les mêmes problématiques ? (trafics, précarité, etc)
P.V. : Évidemment. Je pense à Bon-Voyage ou à Pasteur par exemple. Et même sans que cela s’étende, il faut garder à l’esprit qu’une arme de guerre aux Liserons peut faire feu n’importe où dans Nice.
En réalité, Christian Estrosi se livre à un exercice de pompier-pyromane. Il court les plateaux télé pendant que notre ville flambe. Les policiers et les pompiers sont caillassés, des fusillades éclatent dans les cités.
Pour quelqu’un comme moi qui a grandi dans un quartier populaire, je suis bien placé pour savoir que ces troubles nous concernent tous.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse