JT de 13-heures de TF1 : Jean-Pierre Pernaut s’en va !

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
5
Shares

D’après les informations exclusives du Figaro, le journaliste de 70 ans «a décidé de passer le relais». Il va toutefois mener différents projets pour TF1.

MÉDIAS — C’est une page de TF1 et de l’histoire du journalisme télévisuel qui se tourne. D’après nos confrères du Figaro, Jean-Pierre Pernaut quittera son poste de présentateur du JT de 13-heures «juste avant Noël». Il était arrivé à ce poste le 6 janvier 1975, et cumule 45 ans passés au service de la chaîne, dont 32 aux manettes du JT.

La décision aurait été prise «en accord avec l’état-major de la filiale de Bouygues». «Le choix aurait été acté lundi soir et doit être annoncé en interne ce mardi dans la matinée» poursuit le quotidien.

Il s’agit d’un tournant majeur pour la Une, qui va devoir se réinventer et trouver un successeur qui aura autant de succès d’audience que «JPP», dans le coeur des Français depuis de nombreuses années.

En juin dernier, il était ainsi une nouvelle fois désigné personnalité télé préférée des Français dans un sondage réalisé par TV Magazine;

Chaque jour de la semaine, le JT de M. Pernaut, le plus regardé d’Europe, rassemble plus de 5 millions de téléspectateurs, soit plus de 40% du public à cette heure. Le double de France 2 ! Sa recette ? La proximité, son tissu de correspondants régionaux et son amour du patrimoine.

Le journaliste devrait présenter de «grands évènements et des opérations spéciales» dans les mois à venir. Aucune information n’a pour l’heure filtré sur le nom de son successeur.


Source : Le Figaro, article abonnés

Partagez cette info :

Total
5
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse