La boulette : il tente de vendre du shit à un colonel de gendarmerie et obtient une belle garde à vue

gendarmerie
Ministère de l'Intérieur

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
25
Shares

Un étranger en situation irrégulière a tenté de vendre des stupéfiants à un gendarme sur un parking. L’accusé, pourtant pris la main dans le sac, nie les faits.

POLICE/JUSTICE — RÉGION SUD — Le flair a cruellement manqué à ce dealer. Alors qu’un colonel de gendarmerie patrouillait sur le parking d’un centre commercial à Gassin (Var), le vendeur de stupéfiant a abordé l’enquêteur en civil pour lui proposer… du shit.

Placé en garde à vue, le suspect nie l’évidence : pourtant, sur son téléphone, des dizaines de conversations avec ses clients ont été saisies, ainsi qu’une quantité importante de drogue dans son véhicule.

Sans se démonter, l’homme, un sans-papiers de 30 ans, affirme vivre du commerce de «viande de mouton».

«Quand on lui a mis sous le nez le message ’50 pour 750 euros” ce dernier a osé nous répondre : “Je vends de la viande de mouton”, raconte le policier à nos confrères de Var-matin. Quand on lui a fait remarquer que ça fait cher pour de la viande de mouton, il a persisté : “Oui mais c’est de la bonne qualité” »

Sa défense farfelue n’aura pas fait sourire la justice : après avoir été placé en garde à vue pendant deux jours, il est passé au tribunal de Draguignan jeudi 12 novembre en comparution immédiate.

Il a été condamné à neuf mois de prison ferme puis envoyé à la maison d’arrêt de la ville. Mais bien tenté !

Partagez cette info :

Total
25
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
pollution région sud
Lire...

Inégalités, logement, pollution… la région Sud-Paca «peut mieux faire», épingle l’INSEE

Au regard des 17 "Objectifs de développement durable" définis par les Nations unies, le constat est "mitigé" sur plusieurs points clés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment l'enseignement puis l'insertion professionnelle des jeunes, les inégalités économiques, toujours très fortes, ou encore le niveau des émissions de gaz à effet de serre
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse