Jusqu’au 3 décembre, le musée des arts asiatiques rend hommage à cet art ancestral japonais. De nombreuses anima­tions, ateliers et confé­rences sont au programme. 

Depuis de nombreuses années, les tatoueurs ont fleuri un peu partout dans les grandes villes, et même parfois dans les villages. Les nouveaux concepts se succèdent afin d’attirer la clientèle. 

Ces dessins de plus en plus populaires remontent à loin : le Japon fut un précurseur, et c’est pour retracer plus de 300 ans d’histoire que le musée des arts asiatiques organise jusqu’au 3 décembre une exposition sur le sujet. 

L’institution que nous vous faisions visiter le 22 août dernier met en avant plusieurs peintures et des photos dans le cadre d’une collection intitulée "Tatouages du monde flottant".

Des visites guidées chaque samedi

Des visites guidées sont prévues tous les samedis à 11 heures ou 15h30 jusqu’à la fin de l’événement. L’entrée est commer­cia­lisée à 5 ou 2,5 euros. La réser­vation s’effectue sur ce lien.

Durant cette exposition, 88 tatoueurs sont sur place, dont l’un n'est autre que David Cardoso, aussi surnommé David Raspoutine. Ce quaran­te­naire Niçois possède une boutique à Nice, 18 bis rue de Paris. Spécialisé dans ce type de repré­sen­tation depuis sa formation au Japon, il fera une démons­tration le 28 octobre à 11 heures. Une véritable cérémonie que le profes­sionnel vous propose de partager avec lui. D’une durée d’une heure, ce rituel nécessite une inscription payante ici.

Dans la foulée, à 14 heures, il montrera l’étendue de son talent pour l’exercice du tebori, le tatouage tradi­tionnel japonais qui se pratique avec des aiguilles plantées au bout d’un manche. Vous pourrez observer cela gratui­tement, dans la limite des places disponibles. 

Une multitude d'ateliers au programme 

musee arts asiatiques
(photos Nice-​Presse)

Auront également lieu d’autres anima­tions comme cet atelier "stop motion" durant lesquels les parti­ci­pants imagi­neront un tatouage. Ce dernier doit se dérouler sur deux heures et coûtera aux curieux entre 5 et 10 euros.

L'estampe et le tatouage sont intimement liés et c’est ce que vous décou­vrirez avec une activité d’1h30 durant laquelle les inscrits s’initieront à la technique de la linogravure afin de réaliser des motifs traditionnels. 

En famille, n’hésitez pas à assister aux visites ludiques sur les légendes et sur l’univers extra­or­di­naire du tatouage japonais, mais aussi à celles sur l’art de l’origami permettant de réaliser toutes sortes de formes.

Plusieurs événe­ments jalon­neront ces mois d’exposition, avec notamment du "body painting" le samedi 16 septembre de 11 à 15 heures en accès libre. L'artiste François Rose dessinera sur la peau d’un modèle diffé­rents motifs emblé­ma­tiques comme les dragons, les fleurs de cerisier et les carpes koï.

Cinéma en plein air, concert et conférences 

musee arts asiatiques 2
(photos Nice-​Presse)

Une séance de cinéma en plein air et un concert du Conservatoire de Nice sont également programmés, respec­ti­vement le samedi 30 septembre à 19h30 et le samedi 2 décembre à 15 heures. 

L’exposition accueillera dans le même temps des confé­rences, trois au total, toutes libres d'accès. La première se nomme "Tatouages dans l’estampe japonaise : un art sans nom", et est prévue pour le samedi 30 septembre à 16h30. Elle sera suivie par une autre, "Le tatouage tradi­tionnel japonais", et se tiendra le samedi 28 octobre à 15h30. Enfin, le 4 novembre à 15 heures, un dernier colloque se questionnera sur "Le tatouage japonais après 1945, vers une reconnaissance ?"

Pratique

  • Vous retrou­verez plus d’informations sur la program­mation, les inscrip­tions et les tarifs en cliquant sur ce lien.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.