La reprise de l'activité estivale aura été bénéfique pour les commerces mais catas­tro­phique pour les sauve­teurs en mer. Cette année, les inter­ven­tions ont connu une forte hausse. Explications.

Des opéra­tions en hausse de 16% sur un an. Alors que l'été 2020 avait été agité, 2021 a établi un nouveau record avec 3.151 inter­ven­tions effec­tuées par les sauve­teurs marins, soit 37% de plus qu'en 2019.

D'après le bilan du Centre régional opéra­tionnel de surveillance et de sauvetage Méditerranée (Cross Med), 26 personnes sont mortes en mer et 3.316 individus ont du être secourus, parmi lesquels 196 ont été pris en charge médicalement.

112 accidents de baignades ont également été recensés contre 61 en 2020.

Un manque de préparation

L'accès plus facile aux navires de plaisance, permis par la location en ligne, a joué un rôle dans cette hausse.

Thibault Levernhe, porte-​parole de la préfecture maritime de la Méditerranée pointe du doigt dans 20 minutes "des défauts de maîtrise" qui sont "le reflet direct d’un amateu­risme de gens qui veulent consommer avec un vrai défaut de prépa­ration et une certaine incons­cience".

La plaisance à moteur (48 %) et à voile (27 %) a repré­senté les trois quarts des opéra­tions des sauve­teurs cet été, dont 1.165 réalisées pour des avaries (contre 1.103 en 2020).

Un nombre élevé qui "s’explique notamment par un défaut de mainte­nance des embar­ca­tions et du matériel de sécurité manquant ou défec­tueux" souligne-t-on.

À lui seul, le Var a concentré 27% de l'activité du CROSS Med, qui couvre l'Occitanie, la région Provence-​Alpes-​Côte d'Azur et la Corse.

Les infrac­tions à bord d'embarcations, dont des rodéos de jet-​ski, ont nécessité 24 interventions.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.