Eric Ciotti s'inquiète d'une dépense de 20 millions d'euros pour édifier le futur centre évène­mentiel du Port Lympia. La Ville assure que le reste à charge pour les Niçois serait plus de deux fois inférieur. On vous explique.

Ce projet, on n'en sait pas grand chose, mais il fait beaucoup parler les élus locaux. 

En mars dernier, le président de Nice-​Côte d'Azur annonçait la création d'un centre des congrès au niveau de l'actuel parking de la digue (détails dans l'encadré ci-​après), pour y accueillir, en 2025, la confé­rence des Nations unies pour l'océan.

Tout en déminant par avance les critiques : Christian Estrosi indiquait que 90 % des dépenses afférentes seraient réglées par l'État et l'ONU. Quant à ce petit palais, il coûterait à la commune 5 à 6 millions d’euros, à peu près le double au gouvernement.

Les inquiétudes d'Éric Ciotti

Juste avant le conseil municipal, convoqué demain, vendredi 20 octobre, le député de Nice-​Centre Éric Ciotti (Les Républicains) s'est exprimé auprès des journa­listes mercredi, pour remettre en cause ce chiffrage.

Le numéro deux du conseil dépar­te­mental note : "au milieu d’une délibé­ration, la Ville annonce sa volonté de débloquer plus de 20 millions d’euros pour le Sommet des Océans. Christian Estrosi a menti. En outre, la délibé­ration du conseil municipal de Nice prévoit une 'super­structure' et donc, une structure modulaire, provi­soire, à l'inverse de ce qu'avait pu annoncer la municipalité".

"Ce sont une nouvelle fois les Niçois qui paieront. Il est temps d’arrêter de les tromper. Alors que les finances de la Ville et de la Métropole sont dans état aussi critique que préoc­cupant, j'appelle Christian Estrosi à la raison, et à cesser de dilapider l’argent des Niçois" bombarde encore Eric Ciotti.

Le mairie évoque d'autres subventions

Interrogée dans la foulée, la collec­tivité nous a transmis une réponse écrite, rédigée par le premier adjoint Anthony Borré.

Lequel indique que l'ensemble bénéfi­ciera d'un taux de subven­tions extérieures de "95 %". "Cet espace presti­gieux coûtera environ 8 millions d'euros, corres­pondant à peine à plus de 10 % du montant total (15 %, avons-​nous calculé, ndlr) de l’équipement, 54 millions d’euros à la charge de l’Etat, et 20 millions de crédits municipaux".

Ajoutant que la Ville espère obtenir de la Région Provence-​Alpes-​Côte d'Azur présidée par Renaud Muselier, et par l'État, d'autres aides, "à hauteur de 12 millions d'euros". Et Anthony Borré de tacler, pour conclure : "Mais monsieur Ciotti sans doute préférerait-​il voir cet événement se dérouler à Marseille ou à Paris". Le débat à ce sujet devrait se poursuivre demain, en séance plénière, notamment avec le groupe de l'opposition écologiste.

Ce à quoi devrait ressembler le centre des congrès
Il devrait être édifié en un temps record, de l'an prochain, jusqu'à tout début 2025, pour être fin prêt en juin, mois de la confé­rence inter­na­tionale. Nous serions, d'après les derniers éléments commu­niqués par Nice-​Côte d'Azur, sur un ensemble de 5 000 mètres carrés. Rendez-​vous avec un amphi­théâtre de 2 400 places assises, un espace premium de 1 000 m² et trois salles de 500 m². C'est certes moins important que l'ex-Acropolis, mais la Métropole devrait avoir édifié, à l'horizon 2030, un palais des congrès et des exposi­tions dans la Plaine du Var, connecté à celui-​ci par le tramway. Par ailleurs, des modules provi­soires seront installés au Port le temps du sommet des Nations unies.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.