Coronavirus : à Nice, Estrosi se prend les pieds dans les chaises bleues

chaises bleues promenade anglais nice
Photo : Laslovarga, retouchée par Nice-Presse

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
22
Shares

La municipalité a fait retirer les chaises bleues de la Prom”, symboles de notre ville, pour lutter contre les rassemblements, interdits par le confinement. La décision, jugée inutile, provoque de vives critiques.

OPINION PUBLIQUE — La «mesurette» n’a pas du tout plu aux Niçois. Le maire l’annonçait mercredi 11 novembre au cours d’une conférence de presse : pour lutter contre les rassemblements en ville, la municipalité allaient mettre en place une zone de contrôles autour du marché de la Libé… et retirer les célèbres chaises bleues de la Promenade des Anglais.

C’est cette dernière mesure qui a marqué les habitants, plus encore manifestement que le couvre feu qui pourrait être mis en place dans les prochains jours si le préfet suit les recommandations de Christian Estrosi.

«Il y a encore trop de regroupements qu’il faut absolument éviter» a justifié l’élu

Le premier magistrat de la ville fait usage d’un «pouvoir de nuisance» critique ce jeudi le président de l’association Tous Citoyens David Nakache. «J’ai souvent approuvé les mesures prises dans le strict cadre de la lutte contre la COVID mais là franchement…» abonde l’ancien conseiller municipal PS Patrick Allemand.

Lire > Estrosi demande à l’État de serrer la vis à Nice

Le célèbre journaliste de Libération Jean Quatremer raille «Estrosi le grand épidémiologiste»: «Une percée majeure dans la lutte contre la COVID-19 ! Et bien sûr les transports en commun bondés. Logique».

C’est «une mesure incompréhensible !» estime Éric Fouzari, du comité de quartier Parc-Impérial-Gambetta. «Encore de l’argent dépensé inutilement. Je suis persuadé qu’une autre solution était possible. Il va falloir aussi retirer les bancs des arrêts de bus, ceux des jardins…»

Les Niçois très peu convaincus

«Il paraît qu’il va bientôt retirer la mer…» ironise Gianni, un lecteur de Nice-Presse, en réaction à notre article d’hier soir. «Pas touche à mes chaises bleues !» s’emporte Françoise.

Pour réagir à l’actualité, et échanger avec nos journalistes comme avec les autres lecteurs, rejoignez notre groupe Facebook, Nous les Niçois !

«N’importe quoi ! Vous pénalisez les personnes âgées qui respectent la distanciation et les jeunes s’assiéront sur la rambarde» pense Hanni, en écho aux nombreuses personnes qui estiment que les plus âgés et les handicapés seront les plus impactés par cette restriction.

«Que l’on retire les chaises pour les personnes qui ont des problèmes pour marcher ou nos anciens, c’est vraiment des méthodes irrespectueuses !» enfonce Jean-François.

Toute l’actualité de la pandémie de Covid-19 avec notre page spéciale

«Que de raleurs !» estime, à contre-courant, Sylvianne. «Si tout le monde s’était comporté correctement après le premier confinement, nous n’en serions pas là. Acceptons ces restrictions pour espérer vaincre ce virus.»

Maryze, la patronne de l’influent groupe Facebook «Nice et son port», va dans son sens : «Tout comme vous, je me suis dit : oh, il abuse le maire. Dans un second temps, (je me suis dit qu”)il y a des rassemblements pourtant déconseillés et pas la distanciation nécessaire. Donc oui, (c’est) une privation qui nous coûte, les chaises bleues c’est une partie de notre patrimoine. Mais essayons de sauver Noël, ce n’est pas encore gagné…»


COVID : situation de crise en PACA

Dans notre département, le taux d’incidence de l’épidémie de Covid-19 est désormais de 356 cas pour 100.000 habitants. 72 malades sont soignés dans les services de réanimation des hôpitaux des Alpes-Maritimes. Cette semaine, 30 personnes meurent tous les jours de la COVID en région Sud PACA, où la situation reste très alarmante.

Ce jeudi 12 novembre, le Premier ministre Jean Castex doit faire un point de situation à 18h, où il ne devrait rien annoncer.

Partagez cette info :

Total
22
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse