Les élus Verts dénoncent la gestion de l'Olympic Nice Natation (ONN), tandis que la Ville, qui finance en partie l'association, ne relève rien d'alarmant.

Pour le conseiller d'opposition Jean-​Christophe Picard, avec le club de natation local, on plonge peut-​être davantage encore dans la "quatrième dimension" que dans une piscine olympique.

L'élu écolo­giste a pris la parole au cours du premier conseil municipal de l'année, le 2 février, se saisissant d'un récent rapport publié par la Cour régionale des comptes.

L'autorité, qui a passé sous contrôle l'ONN, a mis en exergue plusieurs points qui ont froissé l'opposition.

L'association perçoit près de 700.000 euros de subvention grâce au contri­buable niçois, sans compter les aides indirectes. De quoi, donc, s'intéresser à l'emploi de cet argent public.

Jean-​Christophe Picard relève plusieurs points qui seraient domma­geables : la structure n'aurait toujours pas de projet associatif. L'un de ses anciens dirigeants a terminé sa carrière au club avec un logement de fonction et un salaire de près de 9.000 euros mensuels, "soit deux fois plus que la rémuné­ration médiane d’un directeur d’association en PACA" relève Nice Écologique.

À son départ en retraite, il a perçu "140.000 euros, soit quatre fois plus que ce que préconise la convention collective".

Parmi d'autres griefs, il est aussi souligné que certains frais étaient remboursés en liquide, sans être toujours accom­pagnés de justi­fi­catifs appropriés.

Conséquence : "nous ne voyons pas comment la Ville pourrait continuer à financer cette association sans avoir, en contre­partie, des garanties".

Pas de faits délictuels, répond la mairie

Visiblement agacé, l'adjoint au maire chargé des sports a reproché à l'opposition "d'ajouter de l'obscurité à la clarté, du pessi­miste à l'optimisme".

Sur le fond, Graig Monetti estime "que cette inter­vention déran­geante vient jeter des soupçons, propres à nuire à la réputation d'un grand club, qui a ramené beaucoup de médailles à Nice".

"Dans l'analyse de la Cour régionale des comptes, de qualité, on ne trouve rien d'illégal, aucun manquement à une dimension règle­men­taire". Pour finir, "l'ONN a répondu favora­blement aux recom­man­da­tions du rapport".

Avant que la maire, Christian Estrosi, ne complète : "naturel­lement, nous serons exigeants et attentifs à ce que ces préco­ni­sa­tions soient suivies. Nous mettrons en place une inspection pour évaluer tout cela de très près…"

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.