Aujourd'hui, seule la moitié du parc de la villa Paradiso est ouverte au public. Fin 2025, ce poumon vert devrait être entiè­rement acces­sible, après deux phases de travaux. 

2025 sera une année somme toute verdoyante à Nice ! Dans la Plaine du Var par exemple, une première du "Grand Parc Paysager" sera inaugurée sur une étendue de 5,5 hectares. En décembre, la coulée verte du centre-​ville aura été étendue de huit ha vers le nord.

De son côté, le jardin de la villa Paradiso va bénéficier d'un coup de neuf et surtout d'une extension non négli­geable. Les enfants et les familles ne disposent "que" de 7.400 mètres carrés pour s'amuser et s'aérer l'esprit, entre les grands cèdres et les palmiers remontant à la fin du XIXe siècle.

Fermé au public depuis 2005

Le projet de la munici­palité est de repousser les frontières de ce terrain qui, depuis 2005, privent les riverains de la moitié de sa surface réelle (1,6 hectare). Fermé au public, le reste de la zone fera l'objet l'année prochaine de deux phases de travaux.

Un chantier qui permettra d'améliorer les axes de circu­lation. Les clôtures centrales seront quant à elles supprimées. Le but est d'offrir une meilleure visibilité et d'ouvrir davantage le lieu.

Ajoutons que les struc­tures des jeux pour enfants seront remplacées par des construc­tions en bois. Des sites propices à la détente et à la lecture seront installés, tout comme des cyprès au pied de l'escalier de la résidence Belle Époque. Le gazon synthé­tique, source d'ilot de chaleur, et les Algéco seront retirés. Des matériaux plus respon­sables donc, et un revêtement perméable prendront leur place.

Première extension prévue pour juin 2025

Le calen­drier de ce réamé­na­gement est connu. Un premier agran­dis­sement sur 4.000 mètres carrés sera livré en juin 2025. Cette étape comprendra l'ensemble des change­ments évoqués précé­demment, en plus des modifi­ca­tions arboricoles. 

La seconde phase rendra elle 4.600 mètres carrés supplé­men­taires aux habitants. Elle permettra la mise en sécurité des éléments bâtis et le réarran­gement de la flore. Chacun pourra en profiter à compter de décembre 2025.

Rappelons tout de même que la propriété est inscrite aux monuments histo­riques depuis septembre 2021 et figure parmi les jardins d’intérêt majeur au Plan local d'urbanisme métro­po­litain (PLUM). De ce fait, ces travaux seront menés en lien avec les archi­tectes des Bâtiments de France.

À LIRE AUSSI : Photos : la rénovation de ce jardin du centre de Nice est doublement symbolique 

Voulant préserver l'identité du site et en faire un point de rassem­blement et de convi­vialité, la mairie a dans le même temps évoqué la bâtisse datant elle aussi de la fin du XIXe siècle. Elle reste dans le giron de la Ville, mais pourrait faire l'objet d'un bail emphy­téo­tique - d'une durée comprise entre 18 et 99 ans - pour un organisme culturel privé.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.