Au CD 06, l'opposition reproche à la majorité menée par Charles-​Ange Ginésy et Eric Ciotti d'avoir taillé dans les dépenses de solidarité, tout en ayant alourdi celles de leur commu­ni­cation. La collec­tivité n'a pas souhaité nous répondre.

D'après le groupe macro­niste des élus dépar­te­mentaux, "les comptes ne sont pas bons". Joseph Segura, maire de Saint-​Laurent-​du-​Var et chef de file de l'opposition au Département des Alpes-​Maritimes dénonce, en cette mi-​juin, les derniers choix budgé­taires de la collectivité.

Il pointe notamment une diminution de 30% à 40%, selon les années, de l'action sociale, des projets pour la jeunesse et pour les seniors. Dans le même temps, souligne-​t-​il, on assiste à "une augmen­tation dispro­por­tionnée des dépenses de communication".

Ainsi, entre 2016 et l'an passé, les dépenses en récep­tions, commu­ni­cation et publi­cités achetées dans les médias auraient bondi, de 750.000 à 2,7 millions d'euros.

En 2023, plusieurs enveloppes budgé­taires validées par l'assemblée locale n'auraient pas été dépensées en totalité, notamment pour ce qui est des infra­struc­tures, l'aménagement du terri­toire, la politique du logement ou encore les actions pour l'éducation, le sport et la culture. "Des sous-​exécutions budgé­taires préoc­cu­pantes", dénonce Joseph Segura. Sollicité pour avoir l'opportunité de commenter ces éléments, le conseil dépar­te­mental n'a pas répondu à Nice-​Presse.

"TOUT VA BIEN AU DÉPARTEMENT !"
Impossible de ne pas voir dans ce tacle une illus­tration des tensions qui entourent le CD06. Depuis le ralliement d'Eric Ciotti, numéro 2 du Département, à Marine Le Pen, le président Ginésy est pressé de prendre position, notamment par les élus de l'ouest des Alpes-​Maritimes, qui assurent que la majorité ciottiste serait, en partie, opposée à cette alliance. Le camp de Christian Estrosi accentue ainsi la pression sur cette collec­tivité avec laquelle les relations sont abrasives. "On ne demande rien aux élus dépar­te­mentaux, ils n'ont pas besoin de nous soutenir en quoi que ce soit" nous dit Christelle d'Intorni, candidate aux légis­la­tives avec l'étiquette LR soutenue par le RN. "Malgré les tenta­tives d'instrumentalisations, je vous assure que tout va bien au conseil dépar­te­mental !" Dix jours après l'annonce d'un accord entre Eric Ciotti et le RN, le président Ginésy ne lui a toujours pas fait part de son soutien. Mais ne l'a pas critiqué non plus.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.