Comme de tradition, élus de la majorité et des opposi­tions se sont réunis en commission il y a trois mois au sujet de l'attribution des noms de rues et des espaces publics. Voici les person­na­lités à qui Nice va ainsi rendre hommage.

Mylène Demongeot, célèbre comédienne née dans notre ville, aura bientôt son allée, au coeur des studios de la Victorine. C'était là une propo­sition du maire, Christian Estrosi, et de l'élu d'opposition Henry-​Jean Servat. L'acteur Raymond Pellegrin en aura une aussi.

Autres nouveautés : l'ancien président de l'Etat d'Israël et prix Nobel de la paix Shimon Peres donnera son nom entre l'allée des Italiens et le square Yitzhak Rabin (Quartier Riquier). Le boulevard princesse Grace de Monaco va devenir, de son côté, le "boulevard Princesse Grace et Prince Rainier III de Monaco".

Une portion (entre Scaliéro et la République) de la rue Roquebillière célébrera elle Cathy Richeux, bénévole de l'association LGBT+ décédée il y a presque un an.

Des plaques commé­mo­ra­tives seront installées dans le futur Hôtel des Polices : l'une pour Aurélie Fouquet, policière municipale de vingt-​six ans tuée en service dans la région parisienne, l'autre pour Clarissa Jean-​Philippe, policière du même âge assas­sinée par un terro­riste, en janvier 2015. D'autres plaques sont prévues, notamment pour des enfants juifs déportés.

Samuel Paty aura la sienne à l'intérieur de l'Académie de Nice, sous réserve de l'approbation du Rectorat.

Les écolo­gistes ont proposé d'attribuer un square à la mémoire d'Anna Politkovskaïa, une journa­liste russe et militante des droits de l'homme assas­sinée à Moscou. Idée recalée par la commission. Plus anecdo­tique, les chefs d'entreprises du coin ont demandé, avec succès, à faire renommer un pan du boulevard de l'Ariane en "boulevard des Rives du Paillon", entre le pont et Saint-Maclou. 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.