Selon l'UFC-Que choisir, la compagnie Wizz Air serait celle récoltant le plus de plaintes de la part de ses clients. Elle se trouverait loin devant ses concur­rentes en matière d’insatisfaction.  

Au départ de Nice, vous pouvez embarquer à bord de Wizz Air pour 12 desti­na­tions, notamment Varsovie, Rome, Budapest, Londres, Bucarest ou encore Vienne. Mais à en croire les expli­ca­tions d’UFC-Que choisir, ce ne serait pas forcément le parfait bon plan. 

D’après l’association de défense des consom­ma­teurs, l’entreprise hongroise ne satis­ferait pas toujours ses passagers. En effet, afin d’établir une hiérarchie des compa­gnies aériennes, elle a classé les sociétés selon le nombre de plaintes reçues. 

Et à ce sujet, la firme low cost est visiblement loin du compte. En 2022, la direction générale de l’Aviation civile (DGAC) a reçu 1,34 signa­lement pour 100 vols opérés. Les clients mécon­tents seraient beaucoup plus nombreux que chez Ryanair (0,53), EasyJet (0,36) ou Air France (0,27).

Le nombre de plaintes augmente

La situation empire même, puisque au premier trimestre 2023, ce taux grimpe à 1,59, alors qu’il descend par exemple à 0,28 chez EasyJet, soit un chiffre presque six fois plus élevé. 

Dans son exposé, UFC-​Que choisir prend l’exemple d’un trajet reliant Bucarest à Beauvais en mai dernier. D’abord repoussé plusieurs fois, il est finalement reporté au lendemain, à 11h30, ce que les passagers ont appris tard dans la soirée. A minuit, ils ont été conduits à l’hôtel.

Mais malgré ce délai, causé d’après les agents sur place par un problème technique, les personnes ayant réclamé une compen­sation n’auraient obtenu aucune contre­partie. Et ce cas serait loin d’être isolé, d’autant plus que les raisons données ne serait pas les mêmes pour tous.

D’ailleurs, il faut rappeler que lorsqu'un vol est annulé à l'initiative de l’entreprise, celle-​ci est dans l’obligation de rembourser le billet sous sept jours, ou alors, de proposer un report sur un autre voyage aux mêmes condi­tions et sans frais supplémentaires.

Difficile de joindre le service après-vente 

Ce ne serait en outre pas l’unique souci avec Wizz Air, puisqu’en cas de retard, annulation ou toute autre compli­cation, il serait bien difficile de trouver un inter­lo­cuteur au sein du service après-vente. 

Le Centre européen des consom­ma­teurs France, son homologue hongrois et la DGAC aussi auraient du mal à entrer en contact avec la société. Fin décembre 2022, la direction générale de l’Aviation civile lui a adressé un courrier. Dans celui-​ci, elle lui repro­chait de ne pas avoir répondu à trois saisines envoyées la même année. 200 étaient pareillement en attente. 

Elle a donc convoqué des dirigeants de la compagnie en février 2023 pour leur rappeler la régle­men­tation et leur faire prendre des engage­ments, mais ceux-​ci n’auraient pas été respectés, expli­quait la DGAC. 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.