D'après les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas d'obésité a triplé en 40 ans. Une maladie qui concerne parti­cu­liè­rement notre pays, où l'on observe des dispa­rités entre le Nord et le Sud. 

L'obésité est un problème de santé publique mondiale. Une patho­logie qui cause des maladies cardio­vas­cu­laires, du diabète, des troubles muscu­laires, mais aussi de nombreux cancers. 

Cette maladie chronique est carac­té­risée par un excès de masse grasse. Plusieurs facteurs favorisent son dévelop­pement, comme l'alimentation, la génétique ou encore le cadre environ­ne­mental. Chez les adultes, un indice de masse corpo­relle (IMC) de 25 ou plus indique un surpoids, et un IMC de 30 ou plus, une obésité.

De nombreux cas dans l'Hexagone

Une étude, menée auprès de 9.598 personnes en France métro­po­li­taine par la Ligue contre l'obésité, l'Inserm (un organisme de recherche scien­ti­fique public) et le CHU de Montpellier, permet d'en apprendre plus sur la situation. Mais elle aide aussi les autorités à cibler les politiques de prévention. 

Dans notre pays, 47,3% des adultes sont en surpoids ou obèses, selon le Journal of Clinical Medicine. C'est l'équivalent de près de 10 millions de personnes en France.

Ce rapport de 2020 révèle que l’excès de poids touche 57,3% des 65 ans, et plus contre 23,2% des 18-​24 ans. Mais au fil des ans, les jeunes sont de plus en plus concernés. Depuis 1997, la maladie chez les 18-​24 ans a été multi­pliée par plus de 4, et par près de 3 chez les 25-​34 ans. Tandis que l’augmentation chez les 55 ans est plus est faible depuis 2009.

D'importants écarts en fonction des régions 

Des diffé­rences entre les sexes sont observées. En 2020, les hommes sont plus souvent en surpoids que les femmes (36,9% contre 23,9%), mais c’est l’inverse pour l’obésité. Ainsi, on dénombre 17,4% d’obèses chez les femmes contre 16,7% chez les hommes.

De fortes dispa­rités sont aussi observées selon les régions, avec notamment près de sept points d'écart entre le Nord et le Sud du pays. Notons que la moyenne nationale est de 17%.

À LIRE AUSSI : Nice : une étude révèle ce que les parcs urbains apportent réellement à notre santé mentale

Les taux sont les plus élevés au Nord et Nord-​Est. Dans les Hauts-​de-​France, 22,1% des personnes sont touchées, et 20,2% dans le Grand Est. En Île-​de-​France, il est de 14,2%, soit le plus faible du pays. 

En Provence-​Alpes-​Côte d'Azur, la préva­lence de l'obésité est évaluée à 15,9%. C'est environ trois points de plus par rapport aux données de 2012. 

La Région Sud se place donc légèrement en dessous de l'Auvergne-Rhône-Alpes (16,9%), mais un peu plus que l'Occitanie (15,2%).

Une disparité aussi constatée en fonction des catégories socio-​professionnelles. Par exemple, la préva­lence de l’excès de poids est de 51,1% chez les ouvriers, 45,3% chez les employés, 43% chez les profes­sions inter­mé­diaires et 35% chez les cadres.

L'accompagnement des personnes obèses nécessite des change­ments de mode de vie et des approches person­na­lisées, incluant des traite­ments théra­peu­tiques et chirur­gicaux. Ces dernières années, de grands progrès ont été réalisés en ce sens. 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.