Une plainte déposée contre le professeur marseillais Didier Raoult : ce que l’on sait

Didier Raoult
Capture d’écran YouTube

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
3
Shares

Une procédure symbolique a été lancée contre Didier Raoult par un groupe de confrères qui mettent en cause sa défense de la chloroquine et son discours peu confraternel. La plainte à l’Ordre des médecins a très peu de chances d’aboutir à une radiation.

RÉGION SUD — La polémique ne s’éteint pas. Une plainte devant l’Ordre des médecins a été déposée en juillet contre l’infectiologue marseillais, révèle Le Figaro.

La Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) en est à l’origine, auprès du Conseil départemental de l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône.

Que reprochent concrètement ces médecins au directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille? Ils estiment qu’il aurait enfreint neuf articles du code de déontologie médicale.

Il aurait ainsi commis une faute en promouvant un «remède miracle» (un traitement comprenant notamment l’hydroxychloroquine) qui n’avait pas encore fait ses preuves.

Est ainsi reproché son «manque de confraternité», puisque le professeur Raoult a vertement critiqué pendant plusieurs semaines ses pairs quand ils assumaient des désaccords avec ses conclusions.

Toute l’actualité de la pandémie de Covid-19 avec notre page spéciale

La plainte mentionnerait également des «essais cliniques ne respectant pas le protocole adéquat» et la «diffusion de fausses informations auprès du grand public».

Dans ce genre de procédures, les sanctions peuvent aller du simple avertissement à la radiation définitive, mais dans près de six «affaires» sur dix, rien de coercitif n’est décidé.

Partagez cette info :

Total
3
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse