La France et ses nombreux kilomètres de côte sont soumis à la montée des eaux et à l’érosion : un phénomène inquiétant qui n’épargne pas notre département. 

Il existe plusieurs manières d’observer les dégâts du dérèglement clima­tique sur notre planète. L’une d’elles consiste à mesurer l’érosion côtière, un terme qui englobe la réduction du littoral à cause du vent, de la mer, mais aussi en raison de l’activité humaine.

Par un dernier décret du gouver­nement, il est possible de savoir si votre agglo­mé­ration est sujette à ce phénomène qui poussera dans les années à venir, voire très prochai­nement, les munici­pa­lités à redes­siner leurs installations…

Le Sud-​Est de la France est menacé 

A la lecture du document officiel, il en ressort que la partie Sud-​Est de l’Hexagone est parti­cu­liè­rement menacée, bien que moins visée que l'Ouest du pays (la Bretagne et la Normandie en tête). 

Dans la région Provence-​Alpes-​Côte d’Azur, les Bouches-​du-​Rhône sont les plus concernées. Les villes de Cassis, La Ciotat, Marseille et Sausset-​les-​Pins sont en péril. 

Mais les Alpes-​Maritimes n’échappent pas non plus à ce fléau. Nous comptons deux communes maral­pines selon les autorités, à savoir Antibes et Eze. Après délibé­ra­tions, précisons qu'elles ont accepté de figurer dans ce décret.

Adapter les habitations et les installations 

Ces cités doivent désormais faire concorder leurs actions en matière d'urbanisme et leur politique d'aménagement afin qu’elles soient adaptées à la perte de terrain. 

L’objectif est de protéger la population vivant près de l’eau, puisque des habita­tions pourraient un jour être victimes de l’avancée de la mer. 

D’après les premières estima­tions d’un rapport demandé au Comité national du trait de côte, 500 biens immobi­liers en France seront en sursis suite à l’érosion du littoral sur une distance de 200 mètres dans les cinq prochaines années.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.