Le 20 octobre dernier, le gouver­nement monégasque annonçait la fin du plastique à usage unique. Une initiative déjà amorcée à Nice.

"On ne peut pas tout faire, mais notre terri­toire peut ouvrir la voie". Cette décla­ration faite par Christian Estrosi le 10 septembre dernier trouve un nouvel écho.

Lire aussi >> Nice : la Métropole va totalement interdire le plastique à usage unique ! 

Plus d'un mois après que l'édile ait annoncé la fin du plastique à usage unique dans la Métropole Nice Côte d'Azur pour 2024, une décision similaire est prise en principauté.

Trois ans pour tout changer

L'échéance finale de nos voisins monégasques est elle aussi fixée à dans 3 ans. Le plan d'action du gouver­nement, annoncé par Valérie Davenet, la direc­trice de l’Environnement, est composé de trois phases.

En 2022, les embal­lages alimen­taires autour des fruits et légumes, les sachets de thé non biodé­gra­dables et les jouets en plastique distribués dans les menus pour enfant seront bannis. 

Les couverts jetables des snacks devien­dront payants et les entre­prises devront fournir de la vaisselle sur les lieux de restau­ration des employés.

2023 permettra de franchir un cap avec la suppression de la vaisselle jetable dans les restau­rants, sauf si les clients ne consomment pas sur place. Les tickets de caisse ne seront plus édités à moins que le consom­mateur en fasse la demande.

Enfin en 2024 tous les conte­nants alimen­taires à usage unique seront relégués aux oubliettes.

Des actions déjà effectuées

Depuis le mois de juin 2021 les assiettes en plastique, couvercles pour gobelets, conte­nants en polystyrène expansé, confettis et autres produits oxodé­gra­dable sont interdits.

Bien avant cela nos voisins avaient prohibé l'usage de sacs plastique à usage unique en 2016. En 2019 les pailles et touillettes dans ce même matériau tiraient leur révérence. Mars 2020 a marqué la fins des lâchers de ballons de baudruche et de lanternes.

Cette politique stricte s'applique dans le cadre du plan "Zéro déchet plastique à usage unique à l’horizon 2030" mis en place par le gouver­nement princier. Une mesure qui vise à protéger la faune marine. 

En effet, la Méditerranée détient plus de micro­plas­tiques au kilomètre carré que le 7e continent. Une concen­tration qui fait d'elle la mer la plus polluée au monde.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.