Dans cette rude bataille contre le corona­virus, le maire de Cannes s'est une nouvelle fois remonté les manches pour agir rapidement. Résultat : un grand centre installé dans le Palais des Festivals a été présenté lundi 4 janvier : monté en quelques jours, il permettra de vaccinner jusqu'à "quarante personnes par heure".

Un deuxième espace a été aménagé au Palais de la Victoire, à la Bocca.

Tout est prêt, les équipe­ments sont aux normes, validés par le préfet. Seulement voilà, ce qu'il manque toujours… ce sont les doses.

⚠️ Suivez toute l'actualité de la pandémie de Covid-​19 avec notre page spéciale

Il s'agit là d'une "défaillance adminis­trative et politique dans l'urgence" pointe ce mercredi 6 janvier David Lisnard à l'antenne d'Europe 1, qui trahirait "un mal plus profond et ancien sur la calci­fi­cation de notre administration".

L'édile regrette ainsi vivement de ne pas avoir de obtenu de réponse des autorités quand il a demandé où sont les fameux vaccins.

"On n'a pas de réponse, il n'y a pas eu de concer­tation, comme lors des phases précé­dentes. Il y a un grand décalage entre le discours officiel dans lequel on entend 'terri­toires, terri­toires, terri­toires', et la réalité sur le terrain"
David Lisnard, sur Europe 1 le 06/​01/​2020

Sans vouloir entrer plus que cela en conflit avec le gouver­nement, le maire souhaite se tourner vers une seule priorité : "notre devoir est de sortir de cette impasse et de réussir comme on le peut cette campagne de vacci­nation. Des personnes sont confrontées à la maladie, à la crise écono­mique. Mais aussi pour l'image de notre pays : on ne peut pas continuer comme ça."

M. Lisnard a fait partie des maires dont le volon­ta­risme contre la première vague de Covid-​19 a été le plus remarqué.

Depuis la publi­cation d'une tribune dans le Figaro il y a quelques jours dans laquelle il pointait, là encore, "les défaillances" de l'État, l'homme fort de Cannes fait aujourd'hui figure de "décideur incon­tour­nable de la droite française".

Lire aussi > Leonetti, Lisnard, Luca… ces maires de la Côte d’Azur révoltés par le couvre-​feu à 18h

Un commentaire

Réagissez