Christian Estrosi Anthony Borré coronavirus

Coronavirus : les services de réa’ quasi saturés dans les Alpes-Maritimes, le couvre-feu à nos portes

Le maire de Nice lance un appel à la responsabilité alors que les services de réanimation du 06 sont presque pleins. La seconde vague pourrait être plus violente que la première, met-il en garde.

SANTÉ — Christian Estrosi veux “lancer l’alerte générale”. Dans notre département des Alpes-Maritimes, les indicateurs sanitaires sont si mauvais que nous n’avons jamais été aussi proches du couvre-feu.

“Nous voyons une courbe qui, en France comme chez nous, ne cesse de progresser. On est dans une deuxième vague qui pourrait être plus forte que la première. (…) Je suis inquiet” confie ainsi le maire dans les colonnes de Nice-Matin.

Chiffres en mains, le premier magistrat de la ville relève qu’en “huit jours, le nombre de patients Covid en réanimation a été multiplié par trois!”

“81 malades de la Covid hospitalisés dans des services conventionnels et 48 autres en réanimation” mardi 20 octobre, pour “56 patients en hospitalisation conventionnelle et 15 en réanimation” la semaine d’avant.

Une situation très inquiétante, puisqu’entre le CHU et les cliniques privées, cent places d’hospitalisation conventionnelle dédiées à la Covid sont disponibles dans notre département. Nous dépassons donc déjà les 80% d’occupation. Certaines opérations sont déjà déprogrammées.

Toute l’actualité de la pandémie de Covid-19 avec notre page spéciale

“Les “réas” du département sont quasiment saturées. C’est un révélateur de la faiblesse de notre système de santé. La France n’est pas préparée et le Ségur de la santé n’a pas tiré les leçons de la première vague” dénonce encore Christian Estrosi.

Les Niçois prennent-ils assez leurs précautions face au virus? Pas encore assez, pointe le maire. “Face à la menace, il y a un manque de responsabilité. Je regrette, par exemple, que, chez nous, très peu d’établissements aient mis en place, le registre obligatoire qui recense le nom et le numéro de téléphone des clients et qui est le moyen de retrouver les cas contacts.”

Coronavirus à Nice : olfactifs, salivaires… Estrosi annonce de nouvelles méthodes de tests

“J’étais à Paris dans la semaine, j’ai déjeuné dans deux restaurants, j’ai rempli une fiche à chaque fois. Il n’y a pas de raison qu’ici, on se sente exonérés de le faire.”

“Mon devoir, c’est de dire avec énergie que si chacun – anonyme, restaurateur, commerçant etc. – n’assume pas sa part, on va dans le mur.”

Vous souhaitez partager une information avec la rédaction? Voici comment...
Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
nice lutte sida vih
Lire l’info

INTERVIEW. Dans les Alpes-Maritimes, “la stratégie de lutte contre le VIH est fortement perturbée par la crise sanitaire”

Notre département figure parmi les plus touchés de France par l'épidémie de VIH depuis plusieurs années. Face à cela, les autorités ont mis en place de vastes dispositifs qui ont déjà montré de premiers résultats très encourageants. Toutefois, la pandémie de Covid-19 a fragilisé la lutte contre le Sida en 2020.
Total
28
Share