Le grand stade de Nice, l'Allianz Riviera, a accueilli quatre matchs de la Coupe du Monde de Rugby 2023, mais les taux de fréquen­tation ne sont pas mirobo­lants. 6 000 sièges étaient parfois vides. 

Sur les quatre matchs, un seul a dépassé les 90 % d'occupation. Les chiffres de fréquen­tation sont les suivants : Galles-​Portugal (82,9 %), Angleterre-​Japon (88,1 %), Italie-​Uruguay (82,7 %), et Écosse-​Tonga (95 %).

Le dernier a connu une meilleure affluence en raison du jour de la semaine, des condi­tions météo­ro­lo­giques favorables et du fait que c'était la dernière rencontre chez nous.

Malgré cela, il restait des places à vendre et des sièges vides dans les tribunes à chaque match. France 3 fait la compa­raison avec Bordeaux, qui a enregistré un taux de fréquen­tation nettement supérieur pour des matchs de moindre enjeu, comme Samoa-​Chili avec 93,1 %. Il faut dire que la Nouvelle Aquitaine est une terre bien plus favorable à ce sport, tradi­tion­nel­lement, que la Côte d'Azur.

Depuis sa construction, l'Allianz Riviera (qui fête ses dix ans) est pointé du doigt pour son niveau de fréquen­tation, parmi les moins impor­tants de France. Avant le Covid-​19, côté football, il s'établissait à 53 % pour la saison 2018-​2019, puis à 60 % en 2021-​2022 — un chiffre parcel­laire, puisque des jauges étaient imposées.

Nous vous révélions dans cet article publié en août la somme astro­no­mique que notre cité espère toucher en termes de retombées écono­miques. Lesquelles s'annoncent bonnes, puisque même si la desti­nation Riviera attire moins de specta­teurs que d'autres, les études indiquent qu'ils dépensent davantage chez nous.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.