En plus de conforter le pouvoir d'achat des ménages, l'idée est de lutter contre la pollution de l'air, parti­cu­liè­rement impor­tante sur les littoraux urbains.

En matière de covoi­turage, Nice fait figure de "bonne élève" parmi les grandes villes, malgré de mauvaises habitudes. Les choses évoluent depuis quelques mois, notamment grâce à un dispo­sitif incitatif déployé par la Métropole.

Le 25 septembre, l'élu Gaël Nofri en tirait un premier bilan au cours de la séance plénière : cette aide de 0,10 euros par kilomètre lancée avec l'application Klaxit a attiré 13 000 personnes, ce qui repré­sente 94 000 trajets, et deux millions de km parcourus.

Au total, la collec­tivité aura versé "plus de 32 000 euros" aux usagers, entre novembre 2022 et aujourd'hui.

Cette aide va évoluer dans les prochaines semaines, suite à un vote ce lundi. Nice Côte d'Azur propose ainsi de verser 1,50 euros au conducteur pour un trajet de 2 à 15 kilomètres. Au-​delà, la rémuné­ration s'élèvera toujours à 10 centimes d'euros chaque nouveau km.

Le plafond est fixé à cinquante kilomètres, pour des entrées ou sorties du terri­toire métro­po­litain, et cent km pour ceux qui seront effectués à l'intérieur. La collec­tivité espère encou­rager la moitié de ses habitants à s'inscrire, sans préciser l'actuelle proportion d'utilisateurs.

Les condi­tions d'éligibilité : être majeur, résider ou bien travailler dans l'une des 51 communes de la Métropole Nice Côte d'Azur, effectuer un trajet d'au moins deux kilomètres et enfin partir ou arriver du territoire.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.