Les Niçois peuvent dès à présent suivre en direct la progression du verdis­sement grâce à des compteurs.

À Nice, la munici­palité s'était engagée à planter un nouvel arbre pour chaque naissance. Depuis 2020, c'est une espèce par habitant qu'elle entend proposer, soit plus de 345.000 d'ici trois ans. 

Extension de la Promenade du Paillon, jardin d'Arménie et Jeanne-d'Arc, nouveau parc dans la Plaine du Var… Le verdis­sement se poursuit à vitesse grand V, pour faire de la capitale maralpine la "ville verte de la Méditerranée".

Sauf que cette politique coûte cher. Raison pour laquelle, mais pas uniquement, la collec­tivité tend aujourd'hui la main aux entre­prises pour l'accompagner dans son grand défi. Une manière d'investir le privé dans l'éco-responsabilité locale.

LIRE AUSSI VIDÉO. À Nice, une "charte" pour protéger les arbres

Dispositif concret présenté par le maire, Christian Estrosi, le 19 avril : un "Fonds vert".

Chaque société pourra y contribuer, de 10.000 à 150.000 euros, pour devenir, en fonction du montant du chèque, un "Eco-​partenaire, un Mécène, un Grand Mécène ou un Mécène fondateur". Les noms des donateurs seront affichés sur les parcelles concernées.

"Nous le faisons dans le cadre légal appli­cable au mécénat qui permet une déduction de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 60% du montant du don, dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires hors taxe" indique la Ville.

Pour l'heure, on retrouve par exemple autour de la table Century 21 Lafage Transactions, le Méridien, BNP Paribas Real Estate, le restaurant SAJ, la fondation Life Terra ou encore Transcan.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.