Trente-​cinq parle­men­taires demandent l'interdiction des corridas en France dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche, sortie le 1er août. Parmi les signa­taires, deux députés des Alpes-​Maritimes.

Suite à la diffusion d'images sanglantes par la fondation Brigitte Bardot d’une corrida organisée le 14 juillet dans le Gard, une tribune est parue dans Le Journal du dimanche, ce 1er août. Trente-​cinq parle­men­taires l'ont signée, demandant l’abolition de cette pratique tradi­tion­nelle jugée "barbare".

Loïc Dombreval, député de La République en Marche des Alpes-​Maritimes et président du groupe d’étude à propos de la condition animale à l’Assemblée nationale, ainsi que Éric Pauget, député du groupe Les Républicains, font partie des signataires. 

Lire aussi -- Abattage rituel : « Il faut un débat sans tabou » estime le député Dombreval

Interdiction, sans exception

Les élus dénoncent des "spectacles d'une cruauté sans nom". "En total décalage avec la sensi­bilité des Français pour les animaux et avec les évolu­tions éthiques engagées dans notre pays."

Ils réclament donc l'abrogation de la corrida sur le sol français, "sans aucune exception", mais également "l'interdiction immédiate de l'accès des mineurs aux arènes, que ce soit en tant que specta­teurs ou en tant que parti­ci­pants".

Les signa­taires appuient d'ailleurs leurs propos avec un sondage Ifop du 2 décembre 2019, selon lequel 82 % des Français désirent que ces actes soient condamnés.

Elle prend également comme exemple plusieurs pays qui ont franchi le pas : le Chili, l'Argentine, Cuba et l'Uruguay. 

De manière plus générale, c’est toute la condition animale qui fait de plus en plus réagir. Ce qui entraîne par consé­quent de nouvelles prises de décisions concernant leur bien-être. 

La tribune souligne les plus récentes : 

  • L'interdiction annoncée en septembre dernier des ours, des tigres, des éléphants et autres animaux sauvages dans les cirques. 
  • L'arrêt des élevages de visons.
  • La fin du broyage des poussins et de la castration sans anesthésie des porcelets dès le 1er janvier 2022.

Pas de doute pour eux, ces nouvelles mesures « témoignent d’une prise de conscience accrue concernant la protection des animaux », mais qu'en revanche « l’abolition de la corrida semble manifes­tement demeurer un sujet tabou. »

À Nice, l'écrivain et élu municipal chargé de la Condition animale Henry-​Jean Servat est un ferme opposant à cette pratique. Proche de Brigitte Bardot, il partage ses combats depuis des années.

Sur le sujet : INTERVIEW. Malgré la crise, Nice continue d’agir pour devenir la « capitale européenne du bien-​être animal »

Réagissez