Dans les Alpes-​Maritimes, la soirée et la nuit du 2 juillet ont connu "une très nette diminution des faits de violences urbaines".

Deux commis­sa­riats attaqués au mortier mercredi dernier, sans blessé ni dégâts majeurs. Des incidents ciblés samedi 1er juillet, avec un commerce de l'hypercentre pillé par des jeunes, et une trentaine d'interpellations, sans affron­tement majeur entre les forces de l'ordre et les "émeutiers".

Pour l'instant, Nice s'en tient à ces troubles, dans la foulée de la mort du jeune Nahel, 17 ans, abattu par un policier le 27 juin.

Dans l'ensemble du dépar­tement, le bilan pour la nuit du 2 au 3 juillet fait état d'un feu de container, de quatre inter­pel­la­tions - 3 au Cannet et une seule à Cannes - et d'un véhicule léger incendié à Nice.

C'est samedi : à Nice, "des groupes ont tenté une ruée sur les commerces", le RAID déployé

Le préfet responsabilise les parents

Le préfet, Bernard Gonzalez, "se félicite de ce retour au calme et remercie l’ensemble des personnels mobilisés. De nouveau, il rappelle les parents à leur respon­si­bilité en veillant à maintenir les enfants mineurs à domicile aux heures les plus sensibles et à l’écart de toutes situa­tions de tensions". 

"Pour les jours à venir, les policiers et gendarmes restent totalement engagés pour assurer durablement le retour de l’ordre public".

Ce 3 juillet, les trans­ports publics de Lignes d'Azur reprennent leur fonction­nement normal, sans inter­ruption à 21 heures, contrai­rement aux jours précédents.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.