Eric Ciotti dénonce une politique artis­tique sans cap ni boussole du côté de la Mairie. Le Département promet de redresser la barre, notamment avec ses deux musées.

Samedi, Tintin s'est une nouvelle fois retrouvé au milieu d'une bagarre. Pas de docteur Müller ou de colonel Sponsz à l'horizon. À deux pas de la fusée géante d'Objectif Lune, posée pour plusieurs mois sur une terrasse du Port de Nice, c'est la guerre Estrosi-​Ciotti qui fait rage.

Le député et numéro deux du Département Eric Ciotti (Les Républicains) inaugurait ce week-​end une exposition dédiée à l'artiste Hergé. L'occasion de tacler tout au long de son discours la politique cultu­relle de la Mairie, dirigée par son grand ennemi Christian Estrosi (Horizons).

"Aujourd'hui, c'est le conseil dépar­te­mental qui assure le renouveau culturel de Nice. 80.000 personnes sont venues admirer l'expo Hokusai l'an passé dans notre Musée des Arts asiatiques. Vasarely a fait l'évènement cet été, tout comme le fera le double rendez-​vous consacré à Tintin, pour lequel nous attendons des records de fréquen­tation" a lancé le député du centre-​ville devant un millier de curieux, rassemblés devant l'Espace Lympia le 3 février.

"Ce sont les exposi­tions du Département 06, grâce à l'action du président Charles Ange Ginésy, qui font l'évènement dans les Alpes-​Maritimes". Pas celles de la Ville, est-​il sous-entendu.

Et de rappeler un échec récent, celui du dossier "Nice2028" : "Malgré tout, nous faisons de Nice une capitale de la culture, même si la munici­palité n'a pas été capable de décrocher le label européen pour 2028. Et c'était couru d'avance ! Comment imaginer l'inverse avec la destruction du TNN, de l'Acropolis, de la Cinémathèque et la fermeture pendant quatre ans du MAMAC ? La culture est pourtant une part essen­tielle, vitale, de la Côte d’Azur".

La munici­palité niçoise a publié de son côté plusieurs chiffres faisant état de records de fréquen­tation dans ses diffé­rents musées, mais aussi de parte­na­riats conclus avec de presti­gieuses insti­tu­tions inter­na­tio­nales. On le sait donc à présent, en 2026, entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, l'affrontement pourrait être… artistique.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.