La députée de la quatrième circons­cription des Alpes-​Maritimes estime que les renforts annoncés par Beauvau à la frontière franco-​italienne ne vont rien résoudre à long terme.

Nous vous le rappor­tions dans cet article, les effectifs de gendar­merie vont être renforcés à la frontière, dans le cadre d'un fort passage de migrants, dénoncé par certains élus.

Dans le détail, deux escadrons mobiles seront déployés par le ministère de l'Intérieur, tel qu'indiqué le 8 avril.

Cette décision du repré­sentant de l'Etat fait suite aux remon­trances du Républicain Eric Ciotti.

Il avait formulé une demande par courrier, le 7 avril dernier : "Il est incon­ce­vable de laisser peser une telle charge explosive à la seule collec­tivité dépar­te­mentale", avait poursuivi le président des LR sur les contrôles "inexis­tants" à la frontière.

Pour la députée Rassemblement national de la quatrième circons­cription du 06 - le pays mentonnais - "visiblement Eric Ciotti intègre la commu­ni­cation gouver­ne­mentale avant sans doute d’en faire bientôt partie à part entière".

Alexandra Masson fait ici allusion aux rumeurs d'entrée au gouver­nement du Niçois, que l'intéressé est loin de démentir. "Le ministère de l'Intérieur, ça ne se refuse pas !" indiquerait-​il d'ailleurs à ses proches, d'après Le Parisien.

La députée RN poursuit : "ces renforts de gendar­merie arrivés à la frontière sont ponctuels et éphémères, comme c’est le cas depuis de nombreux mois ! Il est impératif que les effectifs soient renforcés et assurent une surveillance constante et efficace de la frontière italienne tant sur les routes, le train et les sentiers pédestres".

"La politique actuelle de Darmanin, visiblement sans boussole, est erratique et inconséquente".

LIRE AUSSI Crime organisé. À Nice, Estrosi charge Darmanin et le préfet : "on se moque de nous"

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.