L'union de la gauche serait en tête de ces légis­la­tives anticipées, selon les premières estima­tions natio­nales. C'est la surprise de la soirée.

Juste avant 21 heures, le président de Provence-​Alpes-​Côte d'Azur a réagi. "Il faut saluer, avant tout, la parti­ci­pation excep­tion­nelle – la meilleure depuis 1981 pour un second tour des élections légis­la­tives. Cela démontre l’importance de cette élection" salue, positif, le macro­niste Renaud Muselier. 

"Au cours de cette campagne, un grand nombre de messages ont été envoyés par les électeurs : gouver­nance, pouvoir d’achat, immigration, sécurité… Il faut les traiter et apporter des réponses".

"Le pays doit avancer"

"Malgré sa progression, le Rassemblement National n’est pas crédible pour les régler, il est battu. (…) D’autre part, l’opération Ciotti est un échec : après n’avoir embarqué qu’un seul parle­men­taire dans sa trahison, il ne permet pas au RN de franchir le plafond de verre". 

Toutefois, note le patron de la Région Sud, "ce soir, personne n’a gagné. Quatre blocs de philo­sophie et de position­nement diffé­rents composent désormais l’Assemblée. Il faut que la République l’emporte. Maintenant, au Président de la République, aux partis politiques et aux parle­men­taires de trouver le bon fonction­nement démocra­tique : le pays doit avancer". 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.