Les Maralpins choisissent leurs six nouveaux députés ce dimanche 7 juillet, dans le cadre des légis­la­tives anticipées. Trois ont déjà été élus au premier tour dimanche dernier, tous appar­tenant à la coalition LR-RN.

Premiers résultats, réactions, décryp­tages… Suivez en continu cette soirée électorale au coeur des diffé­rents points chauds de notre dépar­tement avec les journa­listes de Nice-​Presse...

23h55 - Voici les scores circonscription par circonscription dans les Alpes-Maritimes

  • Pour conclure ce direct, retrouvez dans cet article le nom des vainqueurs, et les scores du second tour, sans oublier le nombre de voix pour chaque parti au niveau dépar­te­mental… C'est à lire juste ici
  • Merci pour votre lecture, et bonne soirée !

23h31 - Une région Sud toujours très à droite, avec un symbole

23h15 - Le récap' en cette fin de soirée !

23h03 - 3 députés de la "droite traditionnelle" réélus

  • Ils avaient refusé l'alliance voulue par leur président Eric Ciotti avec le RN. Eric Pauget (Antibes et environs), Michèle Tabarot (autour du Cannet) et Alexandra Martin (Cannes) ont défait les candidats Rassemblement national qui leur étaient opposés.

23h - "C'est une immense déception, mais à Nice, on est en force"

22h39 - Un peu de bleu clair dans les Alpes-Maritimes

  • Le sortant Les Républicains anti-​RN Eric Pauget est réélu dans la 7e circons­cription avec près de 59% des voix. Il rejoint les trois députés du premier tour, Alexandra et Bryan Masson (RN), ainsi que Christelle d'Intorni (LR-​RN). Reste 5 sièges à confirmer…

22h33 - "Rien à regretter" dit le seul représentant du camp Macron-​Estrosi au second tour

  • Alors qu'Eric Ciotti a remporté la bataille du centre-​ville, son adver­saire Graig Monetti (Horizons) a prononcé quelques mots pour concéder la défaite : "Au cours de cette campagne, nous avons mesuré la colère de beaucoup, les question­ne­ments, les attentes. Derrière cela, il y a de l'espoir, mais il n'a pas été suffisant pour nous faire gagner. En revanche, cet espoir, nous conti­nuerons à le cultiver". Voici les phrases à retenir

22h15 - Bernard Chaix, premier discours du député des quartiers nord

  • "C'était une bataille difficile, mais vous ne pouvez pas savoir comme je suis heureux d'avoir remporté la troisième circons­cription des Alpes-​Maritimes (nord de Nice, Falicon, La Trinité, Saint-​André-​de-​la-​Roche, NDLR) face aux macro­nistes" (…) "Cette alliance avec le RN, j'en suis fier". Voici les phrases à retenir

22h10 - Victoire locale mais déception nationale pour le camp Ciotti

  • "La fête n'est pas ce qu'elle aurait dû être…": discours mi-​figue mi-​raisin pour la victoire d'Éric Ciotti à Nice. Voici les phrases à retenir

21h25 - Attal, Le Pen… Petit point sur les réactions nationales

  • Le Premier ministre Gabriel Attal annonce qu'il remettra demain matin sa démission à Emmanuel Macron : "la formation que je repré­sente ne dispose pas d'une majorité. (…) C'est une nouvelle ère pour notre nation (…) Je ne me résoudrai jamais à ce que l 'offre politique soit scindée en trois blocs, ce n'est pas la France (…) Là où je serai, j'aurai toujours à cœur d'apaiser". Autre bord politique : "Notre victoire n'est que différée"estime Marine Le Pen, cheffe de fait du RN, qui note une "progression" de son parti. Emmanuel Macron est "dans une situation intenable", analyse-​t-​elle. Le Premier secré­taire du Parti socia­liste s'est félicité d'un vote qui "a permis d'éviter le pire". "Il doit ouvrir à une véritable refon­dation, a déclaré Olivier Faure, qui assure qu'il y aura un avant et un après 7 juillet." Par ailleurs, Stéphane Séjourné, patron de Renaissance, annonce que le camp prési­dentiel présentera des "condi­tions préalables à toute discussion" en vue d'obtenir une majorité claire à l'Assemblée nationale.

21h15 - Quels résultats partiels dans notre département ?

  • En ce début de soirée, 21% des bulletins de vote ont été dépouillés. Le Rassemblement national est très largement en tête dans les Alpes-​Maritimes, avec 69.300 voix environ (auxquelles il faut ajouter 810 voix du camp Ciotti), devant Les Républicains anti-​RN, 26.300 voix, l'union prési­den­tielle Ensemble à 21.150 et le Nouveau Front populaire, 11.150. Notons que 3 députés ont déjà été élus, au premier tour, tous du RN ou de l'alliance RN-LR.

21h04 - "Ce soir, personne n'a gagné"

  • "Ce soir, personne n'a gagné" dit le président de la Région Sud Renaud Muselier, qui appelle à une alliance "républi­caine". "Au cours de cette campagne, un grand nombre de messages ont été envoyés par les électeurs : gouver­nance, pouvoir d’achat, immigration, sécurité… Il faut les traiter et apporter des réponses". Lire l'article complet

20h44 - Ciotti réélu à Nice

  • Le président des Républicains, allié au Rassemblement national, a été réélu dans la 1ère circons­cription des Alpes-​Maritimes. Éric Ciotti aurait obtenu 41% des voix face au candidat du Nouveau Front populaire, Olivier Salerno et celui d'Ensemble, Graig Monetti. Lire l'article complet

20h35 - La réaction déçue du patron du RN niçois

  • "Les résultats sont moins forts que ce que nous espérions… Mais nous doublons notre nombre de députés, tout n'est donc pas totalement négatif. Sauf que l'on s'oriente vers une nouvelle situation de blocage, avec trois blocs, dont aucun n'est majori­taire. Le futur gouver­nement aura beaucoup de mal à travailler, sauf à mettre les programmes de côté" a indiqué Benoît Kandel, patron du Rassemblement national niçois, sur BFM Nice Côte d'Azur. Lire l'article complet

20h30 - première réaction du président Macron, et une projection en sièges

  • "La parti­ci­pation montre que la disso­lution était néces­saire" a réagi l'Elysée peu après vingt heures. "La question va être de savoir si une coalition cohérente est capable de se composer pour atteindre les 289 députés. On avait annoncé le bloc central mort : il est là, même après sept ans de pouvoir".
  • Nouveau Front populaire : 175 à 205 sièges ; Divers gauche et dissi­dents : 11 à 13 sièges ; Ensemble (Renaissance, MoDem, Horizons, etc.) et Divers centre : 150 à 175 sièges ; Les Républicains (LR), Divers droite et UDI : 60 à 70 ; Rassemblement National et alliés (dont LR Ciotti): 115 à 150 sièges ; Autres (divers, divers écolo­gistes, régio­na­listes, etc.): 10 à 14 sièges.

20h05 - L'appel d'Estrosi depuis Nice : vers une alliance, mais sans LFI ?

  • La gauche, en tête selon les estima­tions provi­soires, doit se séparer de la France insoumise et proposer une majorité "avec les républi­cains", donc avec l'ex-majorité macro­niste, appelle Christian Estrosi, le maire de Nice. Lire l'article complet
  • Sans oublier un tacle pour le rival : "à tous mes amis Républicains, réaffirmez la condam­nation de Ciotti qui a conduit ses partisans à un échec cuisant au niveau national".

20h - Les premières estimations nationales sont connues !

  • Attention, il ne s'agit pas des résultats définitifs, puisque les bureaux de vote des grandes villes viennent tout juste de fermer, et que les autres poursuivent le dépouillement. Mais les premières estima­tions natio­nales sont connues : le Nouveau Front populaire serait en tête de ces légis­la­tives avec de 175 et 205 sièges à l'Assemblée nationale, selon une projection Elabe pour BFMTV. L'union de la gauche n'est toutefois pas en mesure d'obtenir une majorité absolue, fixée à 289 députés. En deuxième force arrive la coalition prési­den­tielle Ensemble qui obtien­drait 150 à 175 sièges. L'institut Elabe projette que le Rassemblement national et ses alliés arrive­raient en troisième position, avec entre 115 et 150 sièges.

19h44 - Une seule triangulaire dans le 06, comment ça marche ? 

  • En cas de forte parti­ci­pation au premier tour, les trois candidats en tête (plus rarement les quatre) sont qualifiés pour le second. Dans la circons­cription du nord de Nice, le macro­niste Philippe Pradal s'est retiré pour "faire barrage" au Rassemblement national. Dans le premier secteur, un autre, Graig Monetti (Horizons-​Ensemble), bien qu'arrivé troisième dimanche, a choisi de se maintenir face à Eric Ciotti (Les Républicains soutenu par le RN) et à Olivier Salerno (Nouveau front populaire). Pas besoin d'obtenir les 50% ce soir pour emporter la mise, c'est la majorité relative qui peut s'imposer.

19h35 - Le centre-​ville de Nice scruté au niveau national

  • Dans la première circons­cription, incluant le littoral de Nice, le port et plusieurs quartiers populaires, le sortant depuis 2007, Eric Ciotti, joue le maintien, pour la première fois soutenu par le RN, en plus de son étiquette LR. Il avait pu dépasser les 41% dimanche dernier. En trian­gu­laire, il affronte le LFI-​Nouveau Front populaire Olivier Salerno (26% au premier tour), et Graig Monetti de la coalition prési­den­tielle Ensemble-​Horizons (22%) qui a choisi de se maintenir. Double lecture des résultats ce dimanche : nationale, Eric Ciotti assurera-​t-​il sa place à l'Assemblée, indis­pen­sable, on l'imagine, pour être nommé dans un éventuel gouver­nement RN ? Et locale, obtiendra-​t-​il, avec ses candidats, les 3 secteurs niçois, à deux ans des municipales ?

19h30 - Les enjeux dans les Alpes-Maritimes

  • Le 30 juin, deux députés du Rassemblement national ont été réélus sans ballottage (Alexandra et Bryan Masson), tout comme Christelle d'Intorni, Les Républicains alliés aux RN. Une seule trian­gu­laire se joue chez nous, dans le centre-​ville de Nice, avec un LR-​RN, un Ensemble et un NFP. Le "Nouveau Front populaire" est présent dans trois circons­crip­tions au total. Trois autres matchs, à l'ouest, opposent des RN à des Républicains ayant refusé l'alliance avec Jordan Bardella.

Quelle participation chez nous ?

  • À 17h, le taux de parti­ci­pation dans notre dépar­tement s'élève à 55,61%, en légère hausse comparé à celui de la semaine passé, 54,48 %. Il n'atteignait que 31,70% en 2022.

Un record de 40 ans est battu !

  • Le taux de parti­ci­pation au second tour des légis­la­tives attei­gnait 59,71% dimanche à 17H00, du jamais vu depuis 1981, preuve de la mobili­sation des Français pour ce scrutin histo­rique dont le Rassemblement national pourrait sortir vainqueur, avec une grande incer­titude sur sa capacité à obtenir la majorité absolue à l'Assemblée. Lire l'article complet

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.