La socia­liste Laure Quignard est la candidate investie par le nouveau Front populaire pour ces élections légis­la­tives anticipées dans la 3e circons­cription, qui comprend le nord de Nice, Saint-​André, la Trinité et Falicon. Elle est notre invitée ce 21 juin, avec RCF Radio.

Les propositions concrètes 

"Je veux qu'un plan soit mis en place, réellement, pour le quartier de l'Ariane, qui a été malmené, délaissé, d'un point de vue écono­mique et social. La rénovation urbaine qui a été menée ne donne pas de résultats" dénonce Laure Quignard, tout en restant sur des généra­lités : "Il faudrait agir pour les logements. Construire des HLM…"

"Contre le narco­trafic, il faut le retour à une vraie police de proximité". Contrairement au candidat investi par le Front populaire à Nice-​ouest, Fabrice Decoupigny, elle estime qu'une dépéna­li­sation du cannabis "ne résou­drait pas les problèmes. Mais le sujet est grave, on ne répond pas par oui ou par non..."

Une propo­sition concrète du programme à citer au sujet de l'écologie ? "Non…"

Quid des réformes écono­miques ?"La dette est abyssale. Notre idée, c'est de taxer les très, très riches. Nous rétablirons l'exit tax, qui s'applique quand un contri­buable français transfère son domicile fiscal hors du pays".

"L'objectif commun, c'est la retraite à 60 ans, pour ceux qui ont commencé tôt. On repart dans une réforme des retraites. Le pays est à feu et à sang, il faut donc tout remettre à plat".

"La question des migrants doit être prise en charge par l'Europe, qui doit avoir la main, plutôt que les Etats. On n'est plus dans un petit village gaulois".

Les phrases à retenir

Après un grand nombre d'esquives et de dérapages, les forma­tions consti­tuant ce nouveau Front populaire sont-​elles suffi­samment claires pour ce qui est de l'antisémitisme ? "Il y a une page entière à ce sujet dans la charte commune du Front populaire. Ceux qui étaient ambigus sur le Hamas ont mis de l'eau dans leur vin (sic). Les socia­listes, eux, sont extrê­mement clairs."

Laure Quignard est-​elle à l'aise avec les inves­ti­tures du NFP, avec un candidat fiché S, un autre qui traite le président de la République de "salaud" à la télévision, tout en ne condamnant pas l'attentat du 7-​octobre en Israël ? "Non, elles me mettent mal à l'aise. Mais il faut voir ça comme un épiphé­nomène. On verra.… La majorité sera proba­blement conduite par les socia­listes… (alors que la France insoumise détient le plus d'investitures, ndlr) On a fait 14% aux européennes…" 

"Ce qui m'inquiète avec l'extrême droite, c'est ce racisme permanent. Tous leurs candidats ne le sont pas. Ceux qui viennent de LR sont un peu moins virulents à ce niveau…"

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.