À quoi ressemble la vie et les habitants de la troisième circons­cription niçoise ? Les chiffres fournis par l'Insee nous permettent de dresser un portrait de ce secteur de la ville. 

Entre le Nord de Nice, La Trinité, Falicon et Saint-​André-​de-​la-​Roche, nous nous trouvons au cœur de la troisième circons­cription des Alpes-​Maritimes. Grâce au rapport partagé par l'Insee, on en apprend davantage sur les habitants de ce secteur.

Hausse de la population

À son propos, il faut notamment souligner qu'il a vu sa population progresser entre 2013 et 2019, passant de 131.096 résidents à 137.922 six ans plus tard (+0,8% par an), soit une crois­sance supérieure à la norme nationale (+0,4%).

Au-​delà de cette donnée brute, on constate aussi que ses citoyens sont un peu plus âgés que dans le reste du pays, avec une moyenne de 43 ans, contre 41 en France.

Capture decran 2024 06 19 184452
Répartition de la population de la 3e circons­cription des Alpes-​Maritimes selon l'activité Photo : capture d'écran Insee

Une fois ces chiffres exposés, nous pouvons dresser le portrait des résidents sur ce terri­toire. On sait par exemple qu'ils étaient princi­pa­lement actifs et en poste en 2018, même si on observait également un taux de 24,6% de retraités parmi la population.

Les travailleurs sont en général titulaires d'un BEP, CAP ou d'un équivalent (22%), mais ils sont aussi 19% à s'être arrêtés au bacca­lauréat ou au brevet. Les diplômés d'un bac +5 ou plus sont un peu moins nombreux (17%). Ces actifs sont par ailleurs des employés (32%) ou ils exercent dans des profes­sions inter­mé­diaires (25%) pour la majorité.

Un niveau de vie moins élevé qu'en France 

Au sujet du niveau de vie, qui est garanti en grande partie par le travail ou l'allocation chômage, il se situe en dessous de celui constaté dans l'Hexagone. Le revenu médian était de 20.950 euros dans la troisième circons­cription maralpine, contre 21.930 dans la métropole française. 

Il faut surtout ajouter que le pourcentage de ménages "pauvres" ou "modestes" est de 44,9%, soit beaucoup moins que dans le premier secteur à Nice (49,7%). Il reste cependant plus élevé que la moyenne hexagonale (41,2%). Ce sont avant tout des jeunes de moins de 30 ans (27%), sachant que ce taux a tendance à décroitre au fur et à mesure de la tranche d'âge évaluée (12% des 75 ans et plus).

Autant de couples que de personnes seules

Cette étude de l'Insee nous montre aussi que les personnes vivant seules sont majori­taires (43%), soit prati­quement deux fois plus que les couples avec (21%) ou sans enfants (22,5%). Les femmes de plus de 60 ans sont les princi­pales touchées par ce phénomène. 

Enfin, nous pouvons évoquer les moyens de dépla­ce­ments des travailleurs, qui, pour la plupart (70%), résident dans la même commune que leur entreprise. 

Ils se déplacent davantage en véhicules motorisés (60%), contre 36% pour la mobilité douce (transport en commun, le vélo, à pied…). Un déséqui­libre qui s'explique par les 22% d'actifs qui doivent se rendre ailleurs dans le dépar­tement pour aller travailler .

A LIRE AUSSI : Législatives dans les Alpes-​Maritimes : voici les principaux candidats dans les 9 circonscriptions

Appelés à voter aux Législatives les 30 juin et 7 juillet, les membres de la troisième circons­cription des Alpes-​Maritimes devront faire un choix entre Philippe Pradal (Horizons, majorité prési­den­tielle), Laure Quignard (Nouveau front populaire, Parti socia­liste), Bernard Chaix (Les Républicains soutenu par le Rassemblement national), ainsi qu'Estelle Jaquet (Lutte ouvrière), Thibault Delhez (Debout la France) et Marie-​Françoise Caussin et Marjorie Vivo (écolo­gistes).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.