Le trio ciottiste qui sera candidat dans les trois secteurs niçois à l'occasion des élections légis­la­tives anticipées vient de se déclarer.

Ça y est, c'est fait, le dossier est déposé à la préfecture. Bernard Chaix, vice-​président du conseil dépar­te­mental, sera le candidat de l'alliance entre Les Républicains et le Rassemblement national dans la troisième circons­cription des Alpes-​Maritimes, soit le nord de Nice, Saint-​André-​de-​la-​Roche, La Trinité et Falicon.

Comment sent-​il les choses ? "Je suis pleinement confiant. Plus que Philippe Pradal !" dit-​il à Nice-​Presse ce jeudi 13 juin, une allusion au député sortant, étiqueté majorité prési­den­tielle. "Aujourd'hui, nous sommes majori­taires dans le pays. La situation est critique, chacun doit se remonter les manches".

Une alliance avec le parti de Marine Le Pen qui n'emporte pas l'adhésion de Michèle Tabarot, David Lisnard ou encore Eric Pauget, des compa­gnons de route, mais aussi des figures des LR maralpins. "L'enjeu, c'est d'en finir avec les Macronistes, et de combattre l'accord pathé­tique noué par l'extrême gauche. Ceux qui n'ont pas compris cela devraient arrêter la politique".

"C'est le moment ou jamais de changer les choses, le mouvement que nous menons est celui que le plus grand nombre attend" dit encore Bernard Chaix, qui se lance avec pour suppléant l'élu dépar­te­mental Jean-​Pierre Lafitte.

Rendez-​vous est donné samedi, en principe, pour une première séquence de campagne, "puisqu'Eric Ciotti sera de retour à Nice dans les prochaines heures". Le président - contesté - des Républicains sera, lui, présent dans la première circons­cription (le centre niçois et le Port Lympia), avec Auguste Verola. Christelle d'Intorni entend rempiler dans la cinquième, la Plaine du Var et les vallées. Reste à voir si les LR "canal histo­rique" leur enverront en face des adver­saires, tel qu'annoncé par Olivier Marleix.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.