«Me Too inceste»: la Ville de Nice se mobilise contre les violences sexuelles

«Plus que jamais, il est de notre devoir d’accompagner ces victimes et de permettre à chacune d’entre elles de libérer sa parole» 

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
6
Shares

C’est une déferlante de témoignages à la fois émouvants et révoltants qui a suivi la publication de «La familia grande», courageux ouvrage dans lequel Camille Kouchner accuse l’influent Olivier Duhamel d’inceste sur son frère jumeau. Derrière le hashtag de ralliement «#MeTooInceste», des milliers de personnes ont fait part de leurs traumatismes et de leur envie de justice sur les réseaux sociaux.

Un mouvement de fond qui a évidemment atteint Nice, où la municipalité a rapidement réagi. «Le tabou doit être définitivement levé et la parole libérée, car en la matière, l’omerta familiale est beaucoup trop répandue» souligne à la presse Christian Estrosi ce mercredi 20 janvier.

«Personne ne doit rester enfermé dans sa douleur»

L’édile annonce, «dans la continuité des actions et services déjà proposés par la Ville concernant les violences intrafamiliales» la création d’une cellule d’écoute, d’information et d’orientation spécifiquement dédiées aux violences sexuelles.

«Plus que jamais, il est de notre devoir d’accompagner ces victimes et de permettre à chacune d’entre elles souhaitant libérer sa parole de s’exprimer face à une agression sexuelle, un acte d’inceste ou toute forme de violence afin de trouver une écoute et une prise en charge dédiée» Christian Estrosi, maire de Nice

«J’ai à cœur que les personnes victimes de tels agissements puissent être aidées, écoutées, soutenues, accompagnées individuellement par des professionnels (juristes, psychologues, médecins) dans une totale confidentialité et dans le respect de leur volonté et de leurs choix».

Plus de 6 millions de victimes

Christian Estrosi appelle également «les députés à se mobiliser pour parfaire encore les outils de protection des victimes d’inceste, et notamment, pour l’ériger en infraction pénale en soi, avec pénalités spécifiques encourues», un combat qu’il a lui-même engagé au Palais Bourbon «dès 2005». 

Selon une récente étude menée par l’association Face à l’inceste, on estime que près de 6,7 millions de Français en auraient été victimes, soit près d’un sur dix !

Infos pratiques
Un numéro dédié, le 04.97.13.52.77 de 8h30 à 18h (du lundi au vendredi) pour les victimes elles-mêmes ou d’éventuels témoins potentiels
Un mail: parolelibre@ville-nice.fr

La Ville annonce également un «partenariat avec les associations spécialisées», la «mise en œuvre de groupe de parole autour de la libération de la parole» ainsi que l’organisation d’une «table ronde avec des professionnels (policiers, psychologues, juristes, thérapeute, etc.)».

Lire > Confinement : contre les violences faites aux femmes et aux enfants, la Ville de Nice s’engage

Les autres dispositifs à Nice
Plateforme de violences intra familiales toujours active ouverte 24h/24h, 7j/7 au 04.97.13.49.00 : Numéro d’urgence pour signaler une situation de violence intrafamiliale connue ou supposée sur la base de témoignages de scènes de violences (cris, pleurs, hurlements…)
Plateforme téléphonique d’accompagnement psychologique ouverte à la Maison pour l’Accueil des Victimes : du lundi au vendredi, de 9h à 18h, au 04.97.13.50.03.

Partagez cette info :

Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse