En 2030, le site Haliotis 2 pourra donner la pleine mesure de ses capacités en ce qui concerne le recyclage des eaux usées. Un chantier unique dans l’Hexagone. 

Ce mardi, l’unité de réuti­li­sation des eaux usées traitées (Reut) de la station d’épuration Haliotis 1 a été mise en service. L’objectif de cette solution techno­lo­gique est de limiter les gaspillages, tout en fournissant une réponse aux épisodes de séche­resse que connaîtra notre territoire. 

En juin, la Métropole Nice Côte d’Azur a obtenu l’accord du gouver­nement pour le déploiement d’une unité-​pilote pour l’arrosage des espaces verts de la station d’épuration dès cet été. Laquelle doit permettre la production de 240 mètres cubes par jour, soit 87.000 mètres cubes par an. Avec une qualité corres­pondant aux critères sanitaires les plus élevés d’Europe (classe A). 

Bientôt de l’eau recyclée pour le parc Phoenix 

Un projet qui sera élargi à l’automne, avec notamment le parc Phoenix. L’eau usée traitée sera injectée dans le réseau d’eau brute de la Ville, avant d’assurer le nettoyage des voiries, l’hydrocurage des réseaux et l’arrosage d’autres jardins publics par la suite. 

Car c’est l’un des avantages de Nice, la collec­tivité n’a pas besoin de construire de nouvelles canali­sa­tions puisque le réseau d’eau brute est déjà séparé du potable. 

A ces aména­ge­ments va s’ajouter le plus gros chantier français concernant une station d’épuration, celui d’Haliotis 2. Les travaux sont prévus pour 2024, avec une livraison programmée en 2030. 

Haliotis 2 servira 26 communes de la Métropole 

Mais avant de pouvoir bénéficier de la pleine mesure de la structure, celle-​ci traitera dès 2029 les eaux usées de 26 communes, soit un total de 110.000 habitants.

L’usine produira quatre fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme, et surtout, concordera avec l’intégralité des besoins de Nice (4,8 millions de mètres cubes recyclés chaque année).

Cette politique a néanmoins un prix. Ainsi, la Métropole s’apprête à investir sur la prochaine décennie 50 millions d’euros par an, répartis comme suit : 30 millions d’euros pour l’eau et 20 millions, pour l’assainissement. La moder­ni­sation d’Haliotis II coûtera au total 700 millions d’euros. 

Réduire le volume d'eau prélevé en milieu naturel

Auparavant, 143 millions d’euros avaient été déployés en 10 ans pour sécuriser l’alimentation en eau. Désormais, 2,2 millions de mètres cubes ne partent plus dans des fuites, permettant des économies, sans oublier la réduction de 25% des volumes prélevés dans le milieu naturel sur la rive gauche du Var et dans le Haut-Pays.

À LIRE AUSSI :Nice enfin autorisée à réuti­liser ses eaux usées : qu’est-ce que ça va changer ?

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.