"L'extrême gauche est venue devant notre perma­nence, fermée, pour tenter de casser la vitrine. Au final, ils ont dégradé notre devanture".

Après celles d'Eric Ciotti et de Philippe Pradal, c'est la perma­nence de Philippe Vardon qui a été dégradée à Nice, au Port Lympia, jeudi 30 mars. Le conseiller municipal et régional Reconquête (ex-​RN) pointe "l'extrême gauche" et indique que la vitrine n'a pas été brisée.

"Ce ne sont pas ces ivrognes qui vous nous empêcher de nous battre pour Nice et les Niçois !" note son groupe politique sur Twitter, annonçant le dépôt d'une plainte.

Pour ce qui est de l'attaque des bureaux du député Ciotti, un militant anarchiste se décrivant comme journa­liste a reconnu en être l'auteur.

Il a été placé sous contrôle judiciaire cette semaine.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.