Alors que la saison estivale bat son plein, les employeurs font un constat sans appel : le million de saison­niers habituels qui pourvoient aux emplois sur les plages, dans les bars ou encore les parcs de loisirs n’est pas du tout au rendez-vous. 

Nous le décryp­tions ce jeudi 19 août : d'après les derniers chiffres de notre CRT Côte d'Azur, les hôteliers niçois font le plein ! Avec 92.5% d'occupation des chambres, on peut dire que les touristes sont bel et bien de retour en terre azuréenne.

Ce n'est malheu­reu­sement pas le cas des saison­niers. "C’est très aigu au niveau des restau­rants, ça l'est aussi dans les hôtels. C’est un été compliqué…"

Le constat de Michel Tschann, président honoraire de l’Union des métiers et des indus­tries de l’hôtellerie, l’UMIH 06, et du syndicat hôtelier de Nice Côte d’Azur, est clair : la pénurie de main-d’œuvre se fait parti­cu­liè­rement sentir cette saison. 

Employeurs sans candidats

Propriétaire à Nice de l’hôtel Le Splendid, un quatre étoiles de 128 chambres, et du Gounod, un trois étoiles de 43 chambres, Michel Tschann explique : 

"On n’a pas pu rouvrir le Gounod parce qu’on a dû concentrer le personnel sur Le Splendid. C’est à peu près 100.000 euros de recettes perdues sur le mois d’août, simplement parce qu’on n’arrivait pas à trouver de personnel pour nettoyer l’hôtel"

Michel Tschann, patron d'hôtels

Et ce n’est pas faute d'avoir cherché ! "On a fait appel à Pôle Emploi, à des agences d’intérim, de nettoyage… Personne n’a pu trouver de femmes de chambre" souffle-​t-​il. "Et c'est la même chose chez les collègues".

Peu de qualifiés

Les raisons qui expliquent cette pénurie d’employés sont nombreuses. 

"On est prati­quement complets tous les soirs. Le plus probable c’est que beaucoup des saison­niers habituels se soient dit que, de toute façon, il n’y aura personne, il n’y aura pas de travail" analyse Michel Tschann. 

Les personnels qualifiés ne sont donc plus au rendez-​vous, et sont diffi­ciles à remplacer : "Dans les restau­rants, c’est pire : on n’apprend pas à faire une béchamel en une journée. Pour le service en salle, il faut savoir parler anglais ici sur la Côte d’Azur".

En d’autres termes, les secteurs de la restau­ration et de l’hôtellerie ne peuvent pas engager des personnels néophytes, car les forma­tions prennent un temps que l'on n'a pas du tout en haute saison.

Beaucoup de reconversions

Autre expli­cation à cette absence de candidats : les intros­pec­tions engen­drées par les confinements. 

"En restau­ration, on peut comprendre une certaine désaf­fection parce que pendant la crise, une partie du personnel qui avait l’habitude de travailler le soir s’est aperçue que les horaires de journée leur convenait mieux que les soirées à rallonge".

Impactés par la longue fermeture des hôtels, beaucoup se sont recon­vertis profes­sion­nel­lement : ce sont autant de personnes qui, aujourd’hui, manquent à l’appel.

Enfin, pour le patron d'hôtels, le "pass sanitaire" joue également un rôle dans ce triste tableau : "On nous a dit qu’il faut que les personnels soient tous vaccinés d’ici la fin août. Certains refusent. Seulement, la mesure ne concerne que ceux qui sont en contact direct avec la clientèle. Là aussi, on souffre du flou des annonces qui changent. Ce que l’on sait aujourd’hui ne sera pas forcément vrai demain."

À ce sujet : Tourisme : en août, les hôtels azuréens autant fréquentés qu’avant la crise sanitaire !

Pour Michel Tschann, « c’est déroutant de payer des cotisa­tions chômage et de ne pas trouver de personnel sur des emplois qui, pourtant, ne néces­sitent pas beaucoup de quali­fi­ca­tions » : une situation qui « énerve » alors qu'il y a « des millions de chômeurs en France ». 

En effet, selon l’INSEE, le chômage au premier trimestre 2021 en France est de 8,1%, soit 2,4 millions de personnes (hors Mayotte). Dans la région PACA, on compte selon la direction régionale de l’économie, de l’emploi du travail et des solida­rités, 330.730 chômeurs au 27 juillet 2021. 

Réagissez