philippe vardon rassemblement national

5 questions à Philippe Vardon (RN): “Ce qui est atroce, c’est que l’objectif de Terreur est atteint”

Vendredi 16 octobre, un professeur d’histoire-géographie a été décapité à Conflans (Yvelines) dans une attaque islamiste. Le terroriste lui reprochait d’avoir enseigné la liberté d’expression à ses élèves en leur montrant, notamment, des caricatures de Mahomet. Philippe Vardon, conseiller municipal de Nice (RN) et conseiller régional de PACA pointe l’attentisme de certains élus et met sur la table des solutions radicales.

1 Comment avez-vous réagi à l’attentat de Conflans, que vous inspire-t-il?

De l’horreur déjà, et de la consternation. Maintenant, il faut faire un constat. Ce n’est pas la première fois qu’une décapitation en lien avec une attaque islamiste est commise en France, rappelez-vous de celle qui avait eu lieu en Isère (l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier en 2015, ndlr). Dans cette barbarie, vous avez aussi Magnanville, avec ce couple de policiers poignardés par un terroriste, et avant cela Mohammed Merah à Toulouse en 2012 qui avait assassiné des enfants à bout portant.

Ce qui est inédit dans l’attentat de vendredi, c’est la genèse. On a eu des attaques sur des symboles (le Bataclan, le Stade de France, le 14-juillet, “les terrasses”, Charlie, etc) et des attaques au hasard (Marseille, Drôme). Là, nous sommes dans une mobilisation communautaire, avec une chaîne de responsabilités lourdes. Vous avez le parent d’élève sur Facebook qui incite à la haine, celui qui vient menacer le professeur, la mosquée de Pantin, le terroriste…

“Samuel Paty a été victime d’une fatwa populaire”

Nous ne sommes plus confrontés à des loups solitaires, qui se radicalisent et agissent seuls, ni devant un appel à agir de l’État islamique. Nous avons une galaxie islamiste, qui, en France, place ses cibles, puis assassine. C’était une fatwa populaire. Samuel Paty a été sa victime.

Ce qui est atroce, c’est que l’objectif de Terreur est atteint. Qui peut dire que les professeurs ne vont pas maintenant se poser des questions, et avoir peur? Pareil pour les élus, les médias. Avant même cette attaque, l’enseignement de la Shoah, de la colonisation, par exemple, était devenu compliqué.

L’école devrait être un sanctuaire devant lequel s’arrête l’idéologie. Ce n’est plus le cas.

2 Quelles questions de société cet attentat soulève-t-il?

Celui de l’immigration massive. On doit se demander pourquoi on s’est précipité pour donner l’asile à des islamistes radicaux que d’autres pays ont refusé. La vérité, c’est qu’avec le terroriste de Conflans, la France a offert sa protection à un meurtrier, mais pas aux Français.

On le sait, depuis des années, on fait entrer sur le territoire des millions de musulmans. Cela fait émerger des problèmes islamiques, et donc à terme, islamistes. C’est un problème importé, dont on ne se protège pas.

3 Le ministre de l’Intérieur Darmanin adopte un ton martial, voulant terroriser les terroristes comme Pasqua, celui de la Justice promet un arsenal législatif adapté. Trouvez-vous la réponse du gouvernement à la hauteur?

On va se dire les choses, si on parle de dissoudre le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France, ndlr) et Baraka City, de fermer la mosquée de Pantin, moi j’applaudis. Mais c’est un peu court. Le vrai courage, ce serait de mettre fin à l’UOIF, l’Union des organisations islamiques de France (devenue “Musulmans de France”, ndlr).

“Il n’y a pas besoin de nouvelle loi. On n’applique pas celles qui existent déjà”

Le problème dans tout cela, c’est qu’on ne s’attaque pas à l’idéologie qui conduit à ce terrorisme. Les politiques doivent tracer une ligne simple et claire : ce qui est la République, et ce qu’on n’acceptera jamais. Ce qui relève de nos valeurs, et ceux qui les rejettent et qui n’ont, de fait, plus rien à faire en France. Ceux qui se soumettent à la loi comme tous les Français, et ceux qui refusent l’égalité entre les femmes et les hommes, le respect des homosexuels, des non-croyants, de la liberté d’expression et cetera.

Il n’y a pas besoin de nouvelle loi. On n’applique pas celles qui existent déjà, on ne suit même pas les décisions administratives. Darmanin expulse des clandestins fichés S : mais ces sans-papiers auraient dû être reconduits à la frontières avant même d’être fichés !

Professeur décapité : Ciotti veut un référendum sur le voile, Estrosi appelle à se mobiliser contre la “Terreur islamiste”

Les solutions sont claires et nettes : les étrangers FSPRT (présents dans le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, ndlr) doivent être expulsés. Ceux qui sont binationaux doivent être déchus de leur nationalité française.

À ce titre, les renseignements intérieurs manquent de moyens. À Nice, il n’y a qu’un seul agent qui parle arabe. Comment avancer efficacement avec si peu?

4 Quelles réponses locales apporter à Nice, ville particulièrement touchée par l’islamisme radical?

Effectivement, notre territoire est particulièrement concerné. Dans les Alpes-Maritimes, les principaux agitateurs islamistes repérés sont des étrangers. Et on ne fait rien, alors que les dossiers, les rapports de la sécurité intérieure, sont sur les bureaux des décideurs.

Je vais vous dire : je suis ulcéré de voir ceux qui travaillent avec la mouvance islamiste nous faire de grandes leçons sur la menace de la “cinquième colonne” à coup de tribunes dans le JDD. Je pense là à la municipalité Estrosi.

“On a deux mosquées radicales hébergées dans des locaux municipaux à Nice : celle de la route de Grenoble et celle de Roquebillère. On les ferme immédiatement”

Les exemples sont légions. J’ai fait condamner la municipalité Estrosi sur l’affaire des loyers de la mosquée rue de Suisse, une atteinte évidente à la laïcité. Vous avez une mosquée, celle de Roquebillère, hébergée dans un local municipal, qui lançait en toute illégalité un appel à la prière dans le quartier pendant le confinement.

Pendant la campagne des municipales, le maire a fait venir les enfants du collège islamique de l’Ariane. Pour Christian Estrosi, l’imam des Moulins Sadouni est un “relais social”.

Quelques heures avant de tweeter sur la cinquième colonne islamiste, il publiait un autre tweet où il apparaissait en compagnie de l’ambassadeur du Qatar, pays bien connu pour ses liens avec le financement de ces réseaux dans le monde entier. Le maire a facilité et favorisé certaines organisations islamistes.

C’est simple : il faut suspendre le bail des organisations radicales qui sont hébergées dans des locaux municipaux. On a deux mosquées radicales hébergées dans des locaux municipaux à Nice : celle de la route de Grenoble et celle de Roquebillère. On les ferme immédiatement. Et on ne considère plus les imams y ayant invité des prêcheurs de haine comme des interlocuteurs.

5 Encore une fois, il n’y pas eu d’unité républicaine à Nice après l’attentat de Conflans, comme en 2016 après celui de la Promenade des Anglais où le Premier ministre avait été sifflé. Assistons-nous à une fracture niçoise, comme la dénonce le socialiste Patrick Allemand dans nos colonnes?

L’unité doit être dans la réponse. Pour ce qui est des hommages ou des rassemblements, on ne se sent pas obligés d’aller se recueillir avec des gens qui auraient pu aussi bien manifester pour obtenir l’asile au terroriste tchétchène. Je pense là à une partie de la gauche niçoise, compromise avec l’islamisme depuis longtemps. Quand Hani Ramadan est reçu dans toutes les mosquées de Nice (prédicateur qui considère la lapidation des femmes comme “purificatrice” et les homosexuels comme “déviants”, devant être punis par le SIDA, ndlr) nous sommes les seuls à protester, quand les partis ne disent rien et que Nice-Matin lui ouvre une page entière.

Au Rassemblement national, nous allons continuer notre travail d’information du public. Les médias savent tout cela, mais ils ne disent rien, souvent par auto-censure. Nous avons une absence de diversité médiatique réelle dans cette ville. Et la municipalité Estrosi est dans une duplicité totale avec cette menace.

5 questions à Patrick Allemand (PS): “À Nice, l’unité nationale a sauté, les fractures remontent à loin”

Vous souhaitez partager une information avec la rédaction? Voici comment...
Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Total
232
Share