Le président de la République a annoncé de nouvelles mesures pour faire face à la seconde vague corona­virus, ce mercredi 14 octobre. Voici ce qu'il faut retenir de son interview télévisée.

CORONAVIRUS — Comme prévu, Emmanuel Macron a annoncé qu'un couvre-​feu entre 21h et 6h serait mis en place dès ce samedi pour au moins quatre semaines.

Il concerne la région Île-​de-​France et 8 métro­poles : Lille, Grenoble, Lyon, Aix-​Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-​Etienne. Nice, où la situation sanitaire s'améliore, y échappe.

"Il y aura des amendes de 135 euros (…), en cas de récidive ce sera 1.500 euros", a expliqué le chef de l'État, qui entend étendre ce couvre-​feu jusqu'au 1er décembre, si le Parlement l'y autorise — il ne peut le faire que sur quatre semaines pour l'instant.

Toute l'actualité de la pandémie de Covid-​19 avec notre page spéciale

Au niveau des rassem­ble­ments, le président de la République a demandé aux Français de "ne pas être plus de six à table" dans un cadre privé. Il recom­mande aussi de "mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis".

Les nouvelles restric­tions n'empêcheront pas les Français de partir en vacances à la Toussaint, puisque les dépla­ce­ments entre régions ne sont pas proscrits.

"Demander aux gens de rester confinés dans un appar­tement et de ne pas aller dans un lieu de vacances, ce serait dispro­por­tionné", a déclaré le président, tout en appelant les Français à respecter "les règles comme s'ils étaient chez eux" lors de leurs déplacements.

Par ailleurs, le gouver­nement a rétabli mercredi par décret l'état d'urgence sanitaire, qui avait pris fin le 10 juillet, à partir du 17 octobre à 00h00 sur l'ensemble du terri­toire national.

Il autorise le préfet, "lorsque l'évolution de la situation sanitaire le justifie et aux seules fins de lutter contre la propa­gation du virus", d'instaurer un confi­nement local et donc "interdire les dépla­ce­ments de personnes hors de leur lieu de résidence".

Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'aides aux secteurs écono­miques qui seront affectés par ce couvre-feu.

Réagissez