Bien qu’excellente pour la santé, l’huile d’olive se trouve aussi polluée par des phtalates ou des… hydro­car­bures. C’est ce qui ressort d’une étude de 60 millions de consom­ma­teurs

On le sait, l’huile d’olive a des bienfaits pour la peau, mais aussi pour notre cerveau et notre cœur. Très utilisée dans la nourriture méditer­ra­néene, ce produit a de nombreuses vertus.

Grâce à sa forte teneur en bonnes matières grasses, elle agit sur les risques de décès liés à la démence, comme le révèle une étude améri­caine menée par les chercheurs de la Harvard School of Public Health. Elle nous aide également à préserver notre santé cardiaque, mais pas seulement. 

Bonne pour la longévité 

Elle réduirait les proba­bi­lités d’être victime de problèmes cardio­vas­cu­laires, d’un cancer, mais aussi d’être atteints par une maladie neuro­dé­gé­né­rative, à raison d’une moitié de cuillère à soupe par jour. 

En conclusion, le rapport indique que l’huile d’olive, pour une consom­mation impor­tante (plus d’une demi-​cuillère au quotidien) permet­trait de vivre plus longtemps. Un aspect positif accentué si l’élixir remplace d'autres formes de graisses comme du beurre, de la margarine, ou encore la mayonnaise. 

Des bons points pour cet aliment très présent en région Provence-​Alpes-​Côte d’Azur, mais tout n’est blanc si l’on en croit le magazine 60 millions de consom­ma­teurs.

Après des tests effectués sur 24 références de nos super­marchés fin mai 2023, les grandes marques (Carapelli, Puget, Tramier, Terra Delyssa…) ou les distri­bu­teurs (Lidl, Carrefour, E. Leclerc, Naturalia…), il en ressort que 23 d’entre elles seraient conta­minées par des plasti­fiants ou des hydrocarbures. 

Sur l’ensemble des articles examinés, on constate la présence d’entre un et trois plasti­fiants, dont l'un est classé "pertur­bateur endocrinien avéré". Ce dernier est considéré comme toxique pour la repro­duction par l’Agence européenne des produits chimiques.

4 références pointées du doigt 

Quatre références ont parti­cu­liè­rement été épinglées : Naturalia "Vierge extra Like a Virgin", La Vie Claire "Vierge extra", Cauvin bio "La bio" et Terra Delyssa "Vierge extra".

Pour les hydro­car­bures d’huiles minérales, qui ont des effets néfastes, les résultats pointent du doigt cinq huiles d’olive, dont Simplement bon et bio (Aldi) "Vierge extra", Bio Village (marque repère E. Leclerc) "Vierge extra" et Carapelli bio "Vierge extra classico".

Comment l'expliquer ?

Mais comment expliquer la présence de ces substances ? "Il y en a un peu partout", explique Franck Dejean, respon­sable de dépar­tement à l’lnstitut des corps gras et produits apparentés (Iterg), auprès de l'association.

"Les olives peuvent être conta­minées pendant la récolte via les moteurs diesel et les lubri­fiants des machines agricoles, pendant le stockage avec les bâches ou pendant la tritu­ration des olives, sans compter la pollution environnementale". 

Lidl propose la meilleure huile en grande surface 

Ajoutons que le magazine a réalisé un classement des produits les plus conseillés. Tout en haut, on retrouve la marque "Primadonna", en vente chez Lidl et qui est notée 16 sur 20. Son prix, 6,99 euros le litre, est incon­tes­ta­blement un atout, d’autant plus qu’elle serait la seule à ne contenir aucun polluant. 

Avec "Reflets de France" huile de Provence AOP, Carrefour obtient un très bon 15 sur 20, mais son tarif est prohi­bitif (31,30 euros le litre).

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.