Le guide Staub Lebey a récom­pensé le restaurant "Chez Davia" par le prix du meilleur bistrot en région. Un établis­sement familial histo­rique à Nice… 

Connu d’abord pour son côté parisien, le presti­gieux Staub Lebey décerne chaque année depuis 1987 les meilleures tables bistrots de Paris, et désormais, certaines venant de Province, grâce à son prix des régions. 

Pour 2024, c’est un Niçois qui a reçu le fameux sésame, un restaurant iconique de la ville, situé au 11 bis rue Grimaldi, dans le centre. Un lieu dans lequel on pourrait s’imaginer chez-​soi. C’est "Chez Davia" qui a été salué pourr son travail mi-novembre.

La maison familiale a été ouverte en 1953 par Davia, qui n’est autre que la grand-​mère de l’actuel chef, Pierre Altobelli. À l’époque, l’établissement était un salon de thé raffiné. C’est ensuite la maman, Alda, qui en a pris les rênes, avant de laisser son fils aux commandes en 2016.

Tradition et héritage 

Chez Davia 4
[© DR]

Ici, tout est question de tradition et d’héritage, et ce n’est donc pas un hasard si depuis trois ans, le restau­rateur a intégré la liste du label "Cuisine Nissarde", ce qui lui confère un gage de qualité. En effet, une trentaine de ses confrères et consœurs seulement ont obtenu cet insigne signi­fiant qu’ils respectent les coutumes locales et la gastro­nomie authentique. 

Le passage de trois généra­tions n’a pas profon­dément changé, "Chez Davia" ayant conservé son ADN et son âme, notamment pour la décoration. L’ambiance y est chaleu­reuse et agréable. 

Une cuisine mettant en avant les plats régionaux 

Chez Davia 3
[© DR]

Ici, l’équipe aux fourneaux vous garantit une cuisine niçoise donc, mais avant tout simple, sans être simpliste. On y retrouve des produits locaux, le tout agrémenté de quelques surprises, à l’image du pample­mousse dans la daube de bœuf. 

Les recettes sont moder­nisées plus que revisitées, ce qui lui vaut d’être réguliè­rement recom­mandé par des guides culinaires aussi reconnus que Le Michelin et le Gault&Millau. Et surtout, les prix sont tout à fait compé­titifs, variant autour de 30 euros. 

La carte change chaque jour

Chez Davia
[© DR]

Mais pour savoir ce qu’on y mange, il faut se déplacer et pousser les portes de l’institution. La carte change quoti­dien­nement en fonction des arrivages, et autre singu­larité, le menu n’est pas imprimé, mais rédigé à la main et posé sur une feuille blanche. 

Pour s’y rendre, sachez que "Chez Davia" est acces­sible du mercredi midi au dimanche soir, et donc fermé le lundi et mardi.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.