Elle avait écopé, en 2019, d'une peine de prison avec sursis et d'une inter­diction de gérer une société.

Son image de femme d'affaires à succès se fissure encore un peu plus.

Comme le révèle le nouveau média d'enquêtes L'Informé, Magali Berdah a été condamnée par un tribunal niçois pour "abus de faiblesse" et "blanchiment".

L'affaire a été jugée en 2019, et remonte à sa précé­dente carrière dans les mutuelles. 

En 2015, lourdement endettée, elle aurait obtenu plusieurs gros chèques d'un ancien haut fonction­naire diminué par Alzheimer. L'homme de 96 ans aurait ainsi vu s'envoler plus de 200.000 euros en l'espace de six mois.

Lire aussi > VIDÉO Polémique sur les pratiques des influen­ceurs : une affaire née dans les Alpes-Maritimes

C'est une alerte émise par sa conseillère bancaire qui avait révélé le pot aux roses.

Dans un premier jugement, le tribunal correc­tionnel de Nice avait condamné Magali Berdah à un an de prison, en 2018. L'année suivante, cette fois-​ci en appel, elle avait été frappée d'une inter­diction de gérer une société durant cinq ans. 

Conséquence de quoi, elle est aujourd'hui salariée de son entre­prise dans l'oeil du cyclone pour l'affaire des influen­ceurs, Shauna Events, ciblée par une enquête de police dans les Alpes-​Maritimes.

Les sommes obtenues auprès de vieil homme ont été remboursées.

"L’entrepreneuse était également accusée, dans ce dossier, de blanchiment, après avoir fait circuler l’argent dépouillé de sa victime par les comptes bancaires de ses proches ou de ses sociétés, avant de les récupérer, parfois en liquide" relaie Le Parisien.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.