Le Décodage de Nice-​Presse, chaque jeudi en direct à 7h15 et 9h15 dans la matinale de BFM Nice Côte d’Azur.

Il s'est lancé avant ses concurrents, c'est Philippe Pradal…

Oui et pour l'instant c'est plutôt simple, puisque l'ancien maire de Nice n'avait alors pas d'adversaire déclaré

Avec la bannière Horizons, le parti d'Edouard Philippe, il est candidat à sa réélection dans le nord de Nice, Saint André de la Roche, La Trinité et Falicon, c'est la 3e circonscription

Mercredi, il était sur le terrain pour son premier dépla­cement de campagne, quartier de la Libération. Il nous a expliqué qu'il compte défendre le sérieux et le retour de l'ordre pour se démarquer 

Ce qui va être compliqué : dans ce terri­toire assez populaire, le RN et l'union de la gauche ont toute les chances de faire de gros scores

Il y a deux ans, l'extrême droite s'était lancée dispersée, ça ne sera peut être pas le cas cette fois (mise à jour : Bernard Chaix a depuis annoncé dans nos colonnes être le candidat unique du RN et des LR), et elle n'était pas portée par la dynamique que l'on voit ces derniers mois. Il s'était retrouvé au second tour face au candidat de la Nupes, Enzo Giusti, qui d'après les rumeurs devrait se présenter à nouveau (mise à jour : d'après nos infor­ma­tions, c'est finalement la socia­liste Laure Quignard qui est investie par le NFP)

Pour lui, Philippe Pradal peut compter sur sa notoriété, son implan­tation locale, le soutien de Christian Estrosi et de la "machi­nerie estro­siste", qui sait faire campagne depuis 30 ans. Le risque évident, et il va être difficile à écarter, c'est le courant de "dégagisme" qui semble se propager contre tous les soutiens d'Emmanuel Macron et du gouvernement.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.