VIDÉO. Elle tabasse une policière à Cannes et échappe à la prison : un syndicat très en colère

policière tabassée cannes

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
35
Shares

VIDÉO — Sous l’effet de l’alcool, une jeune femme a grièvement blessé une policière cet été devant le commissariat de Cannes. Sans pouvoir expliquer son geste trois mois plus tard.

Lundi 16 novembre, le tribunal a condamné l’agresseur à 6 mois de prison avec sursis probatoire. Elle devra également indemniser chacun des policiers blessés.

«Aujourd’hui on peut casser deux côtes à un fonctionnaire de police et ne pas aller en prison… C’est un drôle de signal que l’on envoie aux policiers qui, je ne vous le cache pas, on déjà le moral dans les chaussettes» a réagi Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental de Unité SGP Police 06, ce mercredi sur CNews.

«Cela laisse un sentiment de toute puissance aux voyous dans ce pays. On marche sur la tête, il y a une inversion des valeurs. On en a parlé entre collègues dans les Alpes-maritimes : c’est une décision absolument incompréhensible. On a le sentiment d’avoir à justifier notre émotion.»

Avant de proposer : «Quand on frappe et qu’on blesse un policier, on n’est ni plus ni moins qu’un voyou. Nous attendons, à Unité SGP Police, un renforcement de la loi qui permette des peines d’emprisonnement à l’endroit de ceux qui ont exercé des violences volontaires sur des personnes dépositaires de l’autorité publique.»

À lire > Près de Nice : elle tabasse une policière et lui brise les côtes, elle fera 6 mois avec sursis

Depuis plusieurs mois, les syndicats demandent également le placement des Alpes-Maritimes en «secteur difficile», sans succès.

Partagez cette info :

Total
35
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse