Covid-19 : quelle situation épidémique dans les Alpes-Maritimes juste avant le couvre-feu à 18h?

Alors que de nouvelles restrictions ont été mises en place à Nice et son territoire, la tension reste élevée dans nos hôpitaux
couvre-feu 18 heures Nice
Photo : Joachim Lesne

pollution air Nice

Ne ratez aucune info avec notre newsletter

Une fois par semaine, l'essentiel de l'actu qui vous concerne

C’est officiel depuis le premier de l’an, un couvre-feu avancé va être mis en place dans 15 départements français pour lutter contre la flambée épidémique. Dans les Alpes-Maritimes, dès ce samedi 2 janvier, il faudra être rentré chez soi pour 18 heures, sauf exceptions habituelles (travail, cas de force majeure…).

Lire > C’est officiel, le couvre-feu avancé à 18h dans les Alpes-Maritimes: ce que vous devez savoir

On fait le point sur la situation sanitaire dans notre département juste avant l’entrée en application de cette nouvelle restriction, contre laquelle plusieurs maires azuréens montent au créneau.

Lire > Leonetti, Lisnard, Luca… ces maires de la Côte d’Azur révoltés par le couvre-feu à 18h

Au 1 janvier 2021, le département Alpes-Maritimes recense 553 hospitalisations (-2 en 24h) en cours pour cause de COVID-19 dont 63 (+1) en réanimation.

Alpes-Maritimes : les principaux indicateurs sanitaires

Le taux d’incidence maralpin, c’est-à-dire le nombre de cas sur sept jours pour 100.000 habitants, est de 308 au 01/01. La moyenne en France est 127, et le seuil d’alerte 50.

Du 23 au 29 décembre, il y avait 475 nouveaux cas chaque jour dans notre département, et 5 morts quotidiens entre le 26 décembre et le 1er janvier.

 

taux d'incidence alpes-maritimes
Source : CovidTracker

Le taux de reproduction (R0) dépasse le seuil d’alerte avec 1.03 au 29 décembre (0.99 moyenne fr), et le taux de positivité des tests est de 5.4% dans notre département.

La tension hospitalière atteint 71% (50.6% en France), “le taux d’occupation en réanimation était de 82,1 % le 31 décembre” relève France Bleu Azur.

Ce qu’il faut retenir

“La semaine est marquée par une très forte hausse du taux de dépistage, influant à la fois sur les taux de positivité et d’incidence” en région PACA, relève l’ARS dans sa dernière communication à la presse.

Comme nous vous l’expliquions dans ce décryptage, le taux d’incidence maralpin a grimpé à mesure que le nombre de tests effectués augmentait.

Ainsi, du 14 au 20 décembre, 51.200 tests COVID ont été relevés dans les AM, d’après Santé Publique France. Un chiffre effectivement en très forte hausse par rapport aux jours précédents : du 30 novembre au 6 décembre, on en comptait 26.000 (151 d’incidence), 29.000 du 7 au 13 décembre (162 d’incidence).

Ce nombre important de tests a également influé sur le taux de positivité, sa “baisse étant à mettre au regard de la très forte hausse du taux de dépistage”.

Lire > COVID-19. “Alerte, début de troisième vague…”: on fait le point sur les nouveaux cas à Nice et dans les Alpes-Maritimes

Des clusters dans des EHPAD et le non-respect du couvre-feu et des gestes barrières en ville a également pu expliquer l’apparition de nouveaux cas, comme la Ville l’a expliqué la semaine dernière, avant qu’un duplex ridicule de France 2 en direct de la place Masséna ne vienne en faire l’illustration.

Lire > Estrosi distingué parmi les héros de la guerre contre le coronavirus

Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
pollution air Nice

Ne ratez aucune info!

Inscrivez-vous à notre newsletter

Total
7
Share