Nous vous l'annoncions ce mercredi 10 juillet : après plus de douze ans à ce poste, Christian Estrosi démis­sionne de la prési­dence de la Métropole Nice-​Côte d'Azur, tout en étant candidat à sa réélection. Voici les phrases-​clés de son discours, prononcées devant l'ensemble des élus au Centre univer­si­taire méditerranéen. 

"Nous voulions une métropole qui rassemble"

"J'ai voulu cette métropole comme un espace rassem­bleur. Celles et ceux qui l'ont fondée avec moi parta­geaient cette aspiration". Le maire de Nice a commencé par prendre acte d'une certaine fin de la concorde au sein de l'assemblée métro­po­li­taine. "Pendant une décennie, nous sommes parvenus à préserver cette belle enceinte des débats stériles, hormis naturel­lement celles et ceux qui ont voulu faire prévaloir leur fait politicien et idéologique".

"Pendant une décennie, nous avons incarné ce beau mot de solidarité dans son sens le plus noble, au service de nos popula­tions et de ce terri­toire" évoquant aussi les grands chantiers, les équipe­ments, les infra­struc­tures et les services publics. "Ce modèle n'a pas survécu aux profondes fractures qui divisent notre pays".

"Une montée des extrêmes"

"Nous devons faire face à la recom­po­sition politique et à la montée des extrêmes, de gauche comme de droite. Au cours de la campagne électorale qui vient de s'achever, certains d'entre vous ont tenu des décla­ra­tions très hostiles à l'égard de la métropole, de son action et de ses services".

Le mois dernier, il est vrai que des vice-​présidents, prési­dents de commis­sions et conseillers métro­po­li­tains ont publi­quement critiqué l'action de la majorité de la Métropole, tout en prenant partie pour les candidats de l'alliance LR-​RN, plutôt que pour ceux soutenus par Christian Estrosi. 

Dans la cinquième circons­cription, qui comporte de nombreux villages maralpins, l'adjoint au maire de Nice qui se présentait n'a obtenu que 14% des suffrages, avec un soutien timide de certains édiles communautaires.

"Des maires qui ne votent pas notre budget. D'autres qui critiquent vertement et publi­quement les actions de la métropole. D'autres qui critiquent notre action…"

"Nous ne pouvons plus fonctionner comme ça"

"Il devient évident que nous ne pouvons plus fonctionner comme nous le faisions jusqu'alors, sauf à ajouter encore de la confusion à la confusion. Le poison de la division et la myopie qui fait privi­légier à certains l'intérêt personnel immédiat à l'intérêt collectif de long terme ont donc eu raison de ce fonctionnement".

"Il est temps de clarifier les choses. (…) Comme il n'est pas question pour moi de présider un exécutif où figurent des élus d'extrême-droite ou d'extrême-gauche, ou leurs soutiens et comme la confusion qui règne dans notre assemblée dégrade l'image et l'action de notre Métropole, je vous informe que j'ai décidé de démis­sionner de mon poste de Président".

"Dans quelques instants, je trans­mettrai cette démission au Préfet des Alpes- Maritimes. Vous serez convoqués dans quelques jours et dans les délais légaux pour vous doter d'un nouveau Président et d'un nouvel exécutif".

Christian Estrosi se porte candidat à sa réélection, pour voir sa position renforcée. Une nouvelle élection sera organisée, autour du 19 juillet. Avant cela, l'élu de Cagnes-​sur-​Mer Louis Nègre assurera l'interim. Rappelons que la Métropole contribue pour beaucoup au dévelop­pement de Nice, sa prési­dence est donc absolument straté­gique. Le maire aborde un été chahuté, après avoir vu ses candidats battus aux légis­la­tives dans les trois circons­crip­tions niçoises, par ceux du camp d'Eric Ciotti.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.