Si le marché immobilier tend à stagner, voire à baisser, ce n’est pas le cas dans les domaines skiables. Dans les Alpes notamment, les tarifs ont gagné de presque 5% en un an. 

Alors que les stations de ski ont lancé leur saison le week-​end dernier, des millions de touristes et de locaux se trouveront sur les pistes durant tout l’hiver. Certains viennent de loin et doivent louer un appar­tement ou un chalet afin de séjourner non loin de la poudreuse. D’autres ont la possi­bilité d’être carrément proprié­taires de leur propre bien. 

Si vous souhaitez intégrer cette liste, il va falloir compter sur un porte­feuille (très) rempli. En effet, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) a publié une étude au sujet des prix dans les domaines skiables. 

Les prix les plus chers dans les Alpes

À la lecture de ce rapport, on constate que le massif des Alpes est le plus cher, et de très  loin. Un mètre carré a une valeur de 4.672 euros, soit une progression de 4,9% en un an. Derrière, nous avons le Jura (2.671 euros le mètre carré, +1,3%), les Pyrénées (2.502 euros, +6,6%), les Vosges (1.901 euros, -2%), le Massif Central (1.756 euros, +4,4%) et la Corse (1.576 euros, +7,1%).

On peut ajouter que fort logiquement, les montants dans les communes ayant des stations de ski sont beaucoup plus élevés que dans les autres localités de montagne (une diffé­rence de 30% dans les Alpes).

Dans le détail, un appar­tement dans un domaine skiable sur le terri­toire alpin vaut en moyenne 5.342 euros le mètre carré (+3,8% depuis novembre 2022) et une maison 8.030 euros le mètre carré (+8,9%). 

Et dans les stations Nice-​Côte d'Azur ?

Si l’on observe les prix pratiqués dans les 10 plus grands secteurs dédiés aux sports d’hiver français, le repré­sentant des Hautes-​Alpes, Serre Chevalier Vallée, fait partie des moins onéreux (3.426 euros le mètre carré, +4,5% sur les 12 derniers mois). Seules Les Sybelles affichent des tarifs moins couteux (2.920 euros).

Précisons que, toujours dans le dépar­tement hauts-​alpins, la station ayant les logements les plus chers n’est autre que Montgenèvre (4.447 euros le mètre carré), devant Risoul 1850 (3.843 euros) et Serre Chevalier (3.805 euros). 

À l’inverse, les habita­tions sont plus abordables à Orcières Merlette (2.393 euros), La Grave (2.564 euros) et Pelvoux-​Vallouise (2.983 euros). 

Il faut noter que l’enquête ne donne pas les résultats dans les domaines maralpins tels qu’Isola 2000, Auron et Saint-​Dalmas-​le-​Selvage. Après consul­tation du site MeilleursAgents, les prix moyens (appar­te­ments) pour les trois sont les suivants : 4 .272 €, 5.295 € et enfin 3.169 €.

Les ventes baissent à la montagne 

Mais si les montants de la pierre dans ces endroits sont en net progression, le phénomène inverse se produit concernant les ventes. En un an, le nombre de cessions dans les 71 lieux analysés a chuté de 14,29% (de 7.705 à 6.477).

Serre-​Chevalier parvient néanmoins à limiter la casse (troisième au nombre de transac­tions : 272 sur la période). Il s’agit très généra­lement d’appartements (90%).

Enfin, il convient de rappeler que la part des habitats énergi­vores est plus impor­tante à la montagne qu’ailleurs en France. 31% sont ainsi classés F ou G sur le diagnostic de perfor­mance énergé­tique (DPE) quand la moyenne nationale est de 15%. Pour les proprié­taires de ces logements, il est important de faire attention car au 1er janvier 2028, ils ne pourront plus louer leur bien

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.