On en parle beaucoup moins que de l'article 24, mais l'élargissement des compé­tences des polices munici­pales est aussi une partie très impor­tante de la propo­sition de loi "Sécurité globale".

L'idée des députés porteurs du texte est d'autoriser les agents à inter­venir sur toutes les infrac­tions ne néces­sitant pas d'enquête, comme le demande Christian Estrosi depuis longtemps. Ils pourraient enfin procéder à des contrôles d'identité et saisir certains objets ayant servi à commettre des infrac­tions. Leur champ d'intervention serait élargi le temps d'une expéri­men­tation de trois ans.

Lire aussi > CHRONOLOGIE. Comment Christian Estrosi a fait de Nice l’une des villes les plus sécurisées de France depuis 2008

NICE-​PRESSE. La propo­sition de loi "Sécurité globale" prévoit notamment de confier de nouvelles préro­ga­tives aux policiers municipaux, une évolution que vous défendez depuis plusieurs mois. Êtes-​vous pleinement satis­faite par ce texte ?

Oui et non. Nous allons progresser dans le continuum de sécurité, c'est-à-dire le renfor­cement de nos forces de l'ordre. Pour ce qui concerne le volet sur la police municipale, cela fait des années que des rapports parle­men­taires recom­mandent d'étendre leurs compé­tences. Cette nécessité s'est faite plus présente encore cet été quand Nice a été confrontée à plusieurs fusillades.

Il y a urgence à renforcer nos forces de sécurité, on le sait. Dans le même temps, nous avons dans notre ville, grâce à Christian Estrosi, des policiers municipaux extrê­mement efficaces. Depuis des années, nous sommes à la pointe sur le sujet, ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les ministres nous ont plusieurs fois rendu visite ces derniers mois.

députée marine brenier

Je salue donc ce texte qui va permettre, en dehors du terrain de l'enquête, d'aider nos agents dans leurs missions quoti­diennes et de traiter direc­tement avec le procureur. Tout cela les conforte, alors qu'ils sont devenus la troisième force de sécurité du pays.

Mais dans le même temps, la loi Sécurité globale n'est qu'une première étape dans leur recon­nais­sance, puisqu'elle ne répond pas à beaucoup de leurs problématiques.

N-​P. : Les policiers municipaux ne risquent-​ils pas de perdre en proximité avec les habitants si on leur donne davantage de missions ?

En réalité, c'est l'inverse qui va se produire : on va les libérer et leur donner les moyens d'être mobilisés plus efficacement.

Aujourd'hui ils sont empêchés par diverses règle­men­ta­tions : sur certaines inter­ven­tions, ils ne peuvent pas agir tant qu'un policier national n'est pas arrivé. L'évolution que permet ce texte va leur libérer du temps pour être au contact de la population et beaucoup moins dans les bureaux.

Leur priorité, ce sont les délits de proximité : l'incivisme, la petite délin­quance. Ils ne vont en aucun se substituer à la PN, leurs missions sont bien diffé­rentes, même si elles sont évidemment complémentaires.

Lire aussi > ANALYSE – Comment contrôler la police : les exemples à l’étranger

N-​P. : Toutes les communes n'ont pas les mêmes moyens pour recruter des agents et les équiper correc­tement. Ne risque-​t-​on pas de creuser des inéga­lités entre les territoires ?

Bien sûr qu'il y aura des inéga­lités, et il y en a déjà. Mais je ne crois pas qu'il s'agisse uniquement d'une question de moyens. À Paris par exemple, pour des raisons stric­tement politiques, Anne Hidalgo (PS) a retardé le dévelop­pement de sa police municipale et elle ne veut pas lui donner des armes pour se protéger.

À Marseille aussi, ils ont longtemps été à la traîne. Ce sont pourtant des villes qui ont de gros moyens.

Si Nice est devenue un modèle d'efficacité en la matière, c'est que nous avons fait très tôt de la sécurité l'une de nos priorités.

Lire > Police municipale renforcée : “La peur est dans le camp des barbares et des dealers” affirme le maire de Nice Christian Estrosi

Marine Brenier Castex

N-​P. : Pourquoi ne pas plutôt accorder plus de budget à la police nationale pour que les municipaux puissent se concentrer sur leurs missions premières ?

Le budget de la police nationale doit être renforcé, pour arrêter de tailler dans les effectifs et pour lui donner de vrais moyens pour travailler. Les municipaux, eux, vont pouvoir se concentrer sur leurs affec­ta­tions de départ avec ce texte. Leurs moyens dépen­dront de l'action des diffé­rents élus locaux.

Lire aussi > Insécurité : Comme à Nice, Michèle Tabarot veut étendre les pouvoirs de la police municipale au Cannet

N-​P. : Faudra-​t-​il agir sur leur rémuné­ration ? Ils sont bien moins payés que les nationaux.

Nous devons effec­ti­vement revalo­riser leurs salaires, qui sont très inférieurs, pour des raisons d'échelons, à ceux des agents de la police nationale.

Le système des primes ne permet pas non plus de leur assurer une bonne retraite. De grands progrès restent à accomplir sur le volet social. Nous n'avons pas été entendus sur ça, mais nous restons très vigilants et nous propo­serons des amende­ments sur de prochaines lois en rapport avec la sécurité pour résoudre le problème.

N-​P. : Estimez-​vous que, dans le contexte actuel, tous les policiers municipaux devraient être armés, comme à Nice ? Ne pas le faire "est irres­pon­sable, voire coupable" estime par exemple Rachida Dati.

Il faut vraiment prendre conscience des réalités du monde dans lequel on vit. Les crimes ont malheu­reu­sement gagné en violence, et le simple fait de porter un uniforme aujourd'hui fait de vous une cible.

Je ne comprends vraiment pas les maires qui choisissent de ne pas donner d'armes à feu à leurs agents. En tant qu'employeurs, ils n'ont pas la respon­sa­bilité suffi­sante pour assurer la sécurité des policiers. C'est un non-sens.

police municipale nice
Photo : Ville

N-​P. : La Cour des comptes souligne certaines lacunes dans la formation et le contrôle des municipaux.

À Nice, nous sommes un peu moins concernés puisque des outils très efficaces sont déjà en place mais il y a un problème de formation des agents. Il n'y a pas d'école pour les policiers municipaux. La situation diffère donc grandement d'une commune à une autre.

N-​P. : On a vu pendant l'attentat de Notre-​Dame que la PM a réagi très vite, elle était la première sur les lieux. Faut-​il davantage former les agents aux inter­ven­tions liées au fait terroriste ?

C'est évident. Le terro­risme, nous l'avons tous compris, peut frapper partout et à tout moment. Nous devons continuer à nous adapter, dans les techniques d'intervention mais aussi dans la protection des effectifs.

Un exemple très concret : le cadre juridique de l’usage des armes de la PM doit évoluer car aujourd’hui les agents municipaux ne peuvent utiliser leur arme qu’en cas de légitime défense. Alors que les nationaux bénéfi­cient de l’article L435-​1 CSI qui leur donne un cadre plus large.

Il faudrait tout simplement étendre cet article aux municipaux pour mieux les protéger.

Il faut aussi que l'utilisation des outils que nous avons déjà en notre possession soit autorisée. Je pense par exemple à la recon­nais­sance faciale, un domaine dans lequel Nice est encore une fois avant-gardiste.

Il faut que nous puissions l'utiliser rapidement. Impossible d'en avoir la certitude, mais peut-​être que cette techno­logie aurait permis d'arrêter ou du moins de contrôler et fouiller le terro­riste de Notre-​Dame avant qu'il ne commette l'attentat, puisqu'il était présent sur le terri­toire de manière illégale.


Propos recueillis par Clément Avarguès le 11/​12/​20