Mairie de Nice

Municipales à Nice. L’épidémie a-t-elle bousculé le programme des candidats?

La campagne reprend lentement mais sûrement ses droits depuis la fin du confinement. Alors que les Niçois sont appelés aux urnes le dimanche 28 juin prochain pour choisir leur maire, “Nice-Presse” est allé voir du côté des candidats l’impact que la pandémie de coronavirus a pu avoir sur leurs programmes.

Candidats municipales 2020 Nice
Photos : DR, Montage Nice-Presse

Christian Estrosi (Les Républicains)

  • Score au premier tour : 47,62%

La longue pause dans la campagne électorale imposée par la pandémie de Covid-19 et le confinement n’aura pas (du tout) permis au maire sortant de souffler. Bien au contraire, Christian Estrosi, lui-même atteint, a mené des semaines durant une “guerre totale contre le virus”.

Couvre-feu, surveillance par drones, “désinfection” des rues à la Javel, campagne de pub choc, chloroquine au CHU, distribution gratuite de masques… À lui seul, le président délégué de la Région Sud a montré tout ce que les élus locaux peuvent monter comme actions concrètes, en lieu et place d’un État central dépassé par les événements.

EN RAPPORT… Avec Christian Estrosi, la guerre totale contre le coronavirus

Le maire a très tôt suspendu sa campagne électorale pour se consacrer à la gestion de la crise. Dès le 26 février, il annulait la fin du Carnaval de Nice. À ce moment là, pourtant, il n’y avait pas grand monde pour prendre la juste mesure de la vague qui allait déferler. Trois semaines plus tard, le gouvernement organisait bien le premier tour des municipales, avant de plonger la France dans le confinement quarante-huit heures plus tard!

De ses longues semaines “d’hyper-action”, le maire de Nice en tire une stature nationale et une popularité renforcées. D’après Le Figaro, au coeur de la crise, il se classait même troisième personnalité politique en qui les Français accordent le plus leur confiance.

Christian Estrosi campagne municipales 2020
Christian Estrosi en campagne, janvier 2020. Photo : équipe de campagne

C’est dans cet aura plutôt favorable que Christian Estrosi aborde ce second tour (le premier lui avait déjà accordé un score très confortable).

Son programme ne devrait pas évoluer : “Les mesures promises avant le premier tour sont maintenues” assure-t-on du côté de son équipe.

Seul petit doute : le maire veut-il toujours détruire le palais des congrès Acropolis? L’idée n’avait pas fait l’unanimité pendant la campagne, notamment à cause de son coût alors que Nice est déjà très endettée.

“Nous communiquerons à nouveau sur les sujets liés à la campagne en temps voulus” pose-t-on encore dans le staff de campagne. Affaire à suivre.

Philippe Vardon (Rassemblement national)

  • Score au premier tour : 16,69%

Rien de nouveau sous le soleil du RN. “Notre projet pour retrouver Nice a été bâti pour répondre aux problèmes profonds que connaît notre ville : nous n’en changerons pas car plusieurs de ces problèmes ont en réalité encore été accentués dans la crise que nous traversons!” assure ce lundi 1er juin Philippe Vardon à “Nice-Presse”.

Le candidat frontiste pointe ainsi, sur le terrain de l’insécurité sur lequel il a positionné une grande part de sa campagne, “une explosion des violences dans plusieurs quartiers, avec des attaques de pompiers ou de policiers, mais aussi des coups de couteau et même des fusillades”.

Philippe Vardon
Philippe Vardon en campagne, cet hiver. Photo : équipe de campagne

“Dans un autre registre, chaque soir pendant 15 jours un appel à la prière islamique (voir notre article, ndlr) a été imposé à tout un quartier par une mosquée radicale installée dans des locaux appartenant à la Ville par la municipalité Estrosi!” lance-t-il encore contre l’équipe en place.

Les nouvelles pistes cyclables ouvertes par la Ville à la fin du confinement (notamment boulevard Gambetta, le long de la Prom’ ou encore au Port) auraient eu pour effet de “restreindre encore la liberté de circulation des automobilistes.”

Chaque voix compte

“Il faut aussi que les Niçois comprennent bien que l’enjeu du dimanche 28 juin n’est pas que l’élection du maire, mais l’élection de l’ensemble du Conseil municipal. (…) La répartition des sièges est proportionnelle et donc chaque voix compte!”

“Disons-le simplement : plus notre liste obtiendra de voix, plus nous aurons d’élus, que l’on gagne ou que l’on perde. C’est aussi le choix et le poids de l’opposition pour les six années à venir.”

Comment Philippe Vardon compte-t-il faire campagne dans les semaines qui arrivent? “Comme nous le faisons déjà largement (la vidéo de l’appel à la prière islamique a été vue par plus d’un million de personnes!) nous allons nous appuyer sur les réseaux sociaux.”

“Je crois aussi que la quasi-impossibilité pour nous d’aller au contact direct des Niçois rend encore plus importante la nécessité pour les médias locaux d’offrir une vraie couverture à cette campagne du second tour, et – évidemment – une couverture équitable.”

Jean-Marc Governatori (AEI, EÉLV, GE, Cap21, MHAN)

  • Score au premier tour : 11,30%

Le candidat écolo persiste et signe. “On en a trop fait autour du coronavirus” et “Estrosi n’aurait pas dû annuler le Carnaval” lance ainsi ce lundi 1er juin Jean-Marc Governatori dans une interview accordée à “Nice-Presse”.

EN RAPPORT… Governatori, l’erreur de casting des écolos

Le 28 février dernier, déjà, le candidat vert avait pris position sur le début de l’épidémie alors en cours : “Un professeur a dit que ce coronavirus était un virus qui n’avait pas de conséquence grave […] et donc c’est une forme de grippe, parfois une forme de rhume […] La grippe est beaucoup plus tueuse.”

“À l’époque, on était au stade 1 de l’épidémie. J’étais effectivement contre la décision du maire d’annuler le carnaval et je réitère qu’il n’a fait que de la communication, comme d’habitude” assume encore aujourd’hui M. Governatori.

Dans l’interview, le candidat pointe les décès liés à l’alcool, aux cigarettes ou à la pollution atmosphérique qui seraient beaucoup plus inquiétants… La communication de Nice Écologique continue donc de partir en roue libre, même dans la dernière ligne droite avant le second tour.

Affaire Governatori
Visuel : Nice-Presse

Le contexte, pourtant, pourrait bénéficier à la liste écolo : d’après un certain nombre d’experts, la pandémie de Covid-19 puiserait ses sources dans la destruction de l’environnement. Une parfaite occasion pour les verts niçois de défendre leurs positions sur le développement durable, l’alimentation bio, les nouvelles mobilités, etc.

Les positions de Jean-Marc Governatori pourraient entamer encore un peu plus durablement sa campagne. Avec 11,3% au premier tour, le candidat avait enregistré un score près de 10 points inférieur à ce que prédisaient les sondages! La faute, peut-être, à une communication erratique. Lors du débat des candidats sur France 3, il avait proposé aux électeurs une prestation brouillonne.

Par la suite, quelques jours avant le premier tour, il était visé par une enquête de “Nice-Matin” qui l’accusait de louer un logement insalubre à une famille précaire qu’il aurait également menacée.

Dans la foulée, son équipe de campagne s’était illustrée par des propos insultants et violents contre nos confrères et notre rédaction. Une conception de la liberté de la presse surprenante chez un candidat écolo.

À LIRE AUSSI… Municipales à Nice. Le week-end où les écolos ont fait de la presse leur cible numéro 1

Vous souhaitez partager une information avec la rédaction? Voici comment...
Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
promenade des anglais
Lire l’info

Pollution de l’air : Nice encore en retard, d’après une étude

Le Réseau Action Climat, l'UNICEF et Greenpeace publient aujourd’hui l’évaluation de l’ambition des maires élus (ou réélus) en juin dernier. Parmi les douze plus grandes agglomérations françaises, le bilan de Nice en matière de lutte contre la pollution de l’air resterait perfectible.
Total
35
Share