Dans un peu plus de deux semaines, les Français sont appelés à retourner aux urnes pour le premier tour des élections légis­la­tives. Mais quels étaient les résultats en 2022 ?

Les 30 juin et 7 juillet seront organisées les élections légis­la­tives. Le soufflet n'est pas encore retombé sur le paysage politique français depuis l'annonce dimanche dernier d'Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale. Le succès du Rassemblement national (RN) mené par Jordan Bardella aux européennes le 9 juin a poussé le chef de l'État à cette décision, venant rebattre toutes les cartes.

Deux ans après le précédent vote pour élire les députés, l'issue du futur scrutin est incer­taine, entre les alliances à droite et à gauche. Il est difficile de dire quel sera le rapport de forces dans l'hémicycle à partir de cet été, mais il est à prévoir que les résultats soient bien diffé­rents de 2022. Voici d'ailleurs les scores des neuf circons­crip­tions maral­pines lors des précé­dentes législatives.

Victoire des Républicains

À l'époque, les Républicains (LR) avaient remporté cinq secteurs des Alpes-​Maritimes, à commencer par le 1er, sous la houlette d'Éric Ciotti. Le patron des LR, dont le choix de s'allier avec le RN mardi a fait couler beaucoup d'encre, avait battu au 2e tour Graig Monetti (Ensemble, liste de la majorité prési­den­tielle La République en Marche à l'époque), avec 56,33% des suffrages contre 43,67%.

Christelle d'Intorni lui a emboîté le pas dans la 5e circons­cription. Elle avait terminé devant Marine Brenier-​Ohanessian (Ensemble). Toujours chez les LR, Eric Pauget avait été élu dans la 7e subdi­vision face à Eric Mèle (Ensemble), Alexandra Martin dans la 8e contre Jean-​Valéry Desens (Ensemble) et Michèle Tabarot dans la 9e, où elle était opposée à Franck Galbert (RN).

Trois circonscriptions pour le RN

Trois circons­crip­tions étaient revenues au Rassemblement national, la 2e, dans laquelle Lionel Tivoli avait devancé de peu Loïc Dombreval (Ensemble), un résultat semblable à son collègue de l'extrême droite Bryan Masson face à Jean-​Bernard Mion (Ensemble) dans la 6e. Le 4e secteur des Alpes-​Maritimes avait été remporté par Alexandra Masson, arrivée plus largement devant Alexandra Valetta-​Ardisson (Ensemble).

Il faut rappeler que le groupe LREM, aujourd'hui Renaissance, avait gagné l'élection au niveau national, mais sans obtenir la majorité absolue à l'Assemblée, avec 246 sièges remportés, loin des 289 députés néces­saires. Un résultat similaire dans notre dépar­tement, où un seul candidat Renaissance, Philippe Pradal, l'avait emporté contre Enzo Giusti, qui portait l'étiquette NUPES, soit le ralliement entre le Parti Socialiste, de La France Insoumise et d'Europe Écologie les Verts.

À LIRE AUSSI : Législatives : qui sont les 3 députés de Nice, tous candidats à leur réélection ?

La coalition de gauche avait par ailleurs terminé 2e à l'échelle française (142 sièges), alors que le RN avait déjà réalisé un parcours histo­rique (89 élus). Une photo­graphie de 2022 qui devrait être totalement bousculée dans deux semaines.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.