❝ L'invité du dimanche

Depuis des années, la question de la corrida provoque de vives opposi­tions. Début août, elle a animé une nouvelle fois le débat public : 35 parle­men­taires ont signé une tribune pour réclamer son inter­diction. À Nice, l’écrivain et élu municipal chargé de la Condition animale Henry-​Jean Servat dénonce lui aussi la "cruauté" de ces spectacles.

Dossier : Nice en première ligne pour protéger les animaux


NICE-​PRESSE : La lutte contre la corrida est l'un de vos combats… pourquoi ? 

Henry-​Jean Servat : "Je suis contre et je me bats pour qu'elle s'arrête. C'est une ignominie, elle déshonore un pays et souille une région. 

Pour ceux qui ne le savent pas, ils préparent le taureau en lui sciant les cornes, ils lui mettent du gel dans les yeux, et lui font boire un liquide horrible. Ensuite, l'animal est trans­porté dans des arènes. Ils le sortent face au soleil dans un espace clos, où il ne peut généra­lement pas sortir. 

"Chaque seconde, ils vont salir, abîmer, et mutiler cette magni­fique bête. Des kilos de lames, de piques, de crochets… sont lancés dans son corps" 

Henry-​Jean Servat sur la corrida

Je n'arrive pas à comprendre comment ces gens qui disent "aimer les taureaux" peuvent supporter de voir la torture qu'on leur inflige. 

"Je méprise profon­dément les personnes qui s'y rendent et y assistent. C'est une activité infâme. Je veux que ça s'arrête"

Henry-​Jean Servat sur la corrida

Une tribune a été signée par plusieurs élus qui dénoncent des "spectacles d’une cruauté sans nom". Vraiment utile ?

"Je l'approuve et j'applaudis des deux mains. Je n'ai pas pu la signer car je ne suis pas député mais je félicite ceux qui l'ont fait. 

Je pense sincè­rement que cette saloperie finira par être interdite un jour. Mais ça prend du temps et on ne peut plus accepter qu'aujourd'hui des activités pareilles existent. Il y a quand même d'autres choses plus intéres­santes à voir, non ?"

Ils réclament sa fin « sans aucune exception », mais également « l’interdiction immédiate de l’accès des mineurs aux arènes, que ce soit en tant que spectateurs ou en tant que participants ». Qu'en pensez-vous ?

"Les taurins ne veulent pas que ça s'applique car il y a de moins en moins de monde pour venir les voir. Si la corrida demeure, c'est parce que des personnes âgées s'y rendent encore. Ils souhaitent que les jeunes viennent pour les initier."

Que répondez-​vous à ceux qui disent "défendre la tradition", les cultures locales ? 

"Je ne veux même plus débattre avec eux, je l'ai trop fait. 

Il y a certaines tradi­tions anciennes, hallu­ci­nantes, qui sont maintenant inter­dites, et heureu­sement. Mais pourquoi pas celle-là ? 

"Quand il s'agit de quelque chose de cruel et de meurtrier, il ne faut pas continuer. Je ne suis pas l'héritier d'une culture qui torture les animaux"

Henry-​Jean Servat sur la corrida

"Surtout que d'après les sondages, plus de 75% des Français sont opposés à la corrida ! Ils veulent que ça s'arrête."

Vous êtes en charge de la condition animale au conseil municipal, quel est le rapport de Nice avec cette pratique ?

"Il n'y a pas de tradition taurine ici, ni même dans les Alpes-​Maritimes. Il faut aller dans le Var, à Fréjus par exemple, pour en trouver. Et encore, il y en a de moins en moins. 

"Les gens qui aiment cette horreur doivent aller les voir ailleurs. Pour moi, c'est vraiment un spectacle de cinglés" 

Henry-​Jean Servat sur la corrida

Étant donné que je m'occupe des animaux et que je me démène pour le faire correc­tement, je vais demander à ce que Nice deviennent une ville anti-corrida." 

C'est-à-dire ?

"Je vais déposer un vœu au prochain conseil municipal (l'expression d'un souhait, ni décision­naire, ni juridi­quement contrai­gnant, NDLR). Cinq villes en France l'ont déjà fait, j'aimerais que ce soit également le cas pour nous. 

"Je ne suis pas sûr d'y arriver, puisque certains adjoints et élus m'ont dit qu'ils aiment ces activités immondes. Mais je veux essayer"

Henry-​Jean Servat sur un corrida voeu anti-​corrida à Nice

Ce serait un nouveau point positif puisque Nice a pour ambition de devenir « capitale du bien-​être animal. » 

"On a la chance d'avoir un maire formi­dable par rapport à tout ça. Il m'a laissé faire, on a mis en place plein de nouvelles choses"

Henry-​Jean Servat à propos de Christian Estrosi et de la condition animale

L'idée, c'est que les bêtes soient respectées. On est une ville amie des animaux, le deuxième pas c'est donc qu'elle devienne, évidemment, anti-corrida."

D'autres projets ?

« J’ai fait une propo­sition, qui est actuel­lement examinée, pour que les animaux soient acceptés en mairie, pour que les employés puissent les emmener sur leur lieu de travail. À condition que personne ne soit aller­gique, bien sûr. J’espère que ça déteindra sur d’autres entreprises. 

À la rentrée, on veut également créer une brigade de la police municipale consacrée à la lutte contre maltraitance. » 

Réagissez