Le Théâtre national a officiel­lement lancé son Festival de tragédies. Depuis les Arènes de Cimiez, les specta­teurs ont pu découvrir la repré­sen­tation de "Phèdre". Un cadre enchanteur qui pose bien des défis.

C'est un lieu chargé d'histoire ! Construites par les Romains, les Arènes de Cimiez se trans­forment en un théâtre à ciel ouvert pendant une quinzaine de jours. Et pour cause, le TNN y a posé ses valises pour présenter son nouveau Festival de tragédies.

Du 19 juin au 3 juillet, les specta­teurs peuvent découvrir cinq créations, avec de grands textes du répertoire.

Capture decran 2024 06 24 a 10.50.25
Photo : Nice-Presse

À LIRE AUSSI : Nice a désormais son Festival de tragédies : conquis ou non ? Voici l'avis des premiers spectateurs

Phèdre de Racine a lancé ce rendez-​vous, avec quatre repré­sen­ta­tions. Mise en scène par Muriel Mayette-​Holtz, la direc­trice du TNN, cette pièce dévoile "l'histoire d'un désir qui prend le pouvoir". Nous nous sommes glissés dans les prépa­ratifs quelques heures avant la repré­sen­tation du 21 juin.

Long travail en amont

Tester les caissons, passer un coup d'aspirateur sur le tapis, faire sécher les bâches… À trois heures du "top départ", les équipes peaufinent les derniers détails. Cyril Giroux est compo­siteur pour le TNN, et a réalisé la musique du spectacle Phèdre. "On est sur la troisième, tout est prêt" détaille-​t-​il. "On travaille en amont, entre six et huit mois avant la première".

Dans ce lieu histo­rique, il est néces­saire de s'adapter aux diffé­rentes contraintes liées à l'extérieur. "Par exemple, j'ai besoin de sons qui viennent du fond pour créer un relief. Avec le régisseur son, on a vu comment mettre des enceintes, sans qu'elles ne soient trop visibles. Elles sont recou­vertes par un espèce de drap beige…" 

Capture decran 2024 06 24 a 12.02.38
Photo : Nice-Presse

Justement, un peu plus loin, Guillaume Pomares, régisseur son, teste le tout. "L'année dernière, on était déjà là, mais dans une autre confi­gu­ration" explique-​t-​il. "La diffi­culté, c'est de faire en sorte que le jour où l'on arrive, un maximum de choses soient déjà prévues et pensées".

Et cette fois-​ci, il y a une parti­cu­larité : "en plus de faire une création avec l'équipe du TNN, on va aussi accueillir des spectacles qui ont été créés ailleurs. Ça va demander beaucoup d'adaptation. On essaie donc d'avoir quelque chose d'assez 'clé en main', pour répondre à toutes les demandes". 

"L'espace le plus vierge possible"

En 2023, une "version d'essai", avec la repré­sen­tation Le Préjugé vaincu de Marivaux, avait déjà été donnée dans ces arènes. Pour la première édition du festival, les équipes poursuivent les tests. "On n'est pas en concert, où l'on pourrait avoir de la technique de partout avec des haut-​parleurs et des projec­teurs partout. Ici, on est dans du théâtre, on veut conserver le site dans son espace le plus vierge possible, avec un minimum de technique" continue Guillaume Pomares.

Capture decran 2024 06 24 a 13.59.20
Photo : Nice-Presse

"L'année dernière, on a essayé de travailler avec des haut-​parleurs au sol mais ce n'était pas parfait. Même si c'était discret, ça empiétait sur l'espace de jeu… C'est mieux quand on arrive à les dissi­muler. La confi­gu­ration a été modifiée au bout de quelques jours".

Pour le festival, "on a essayé autre chose mais on ne peut pas dire que visuel­lement ça soit magni­fique non plus…" L'enjeu reste de ne pas dénaturer le cadre.

Alexandre Toscani, régisseur lumière, connaît bien les lieux. "J'ai travaillé dans ces arènes à l'époque du Nice Jazz Festival (jusqu'en 2011, l'événement s'est tenu ici avant d'être déplacé en cœur de ville, NDLR). Au niveau technique, c'est déjà mieux organisé que l'an passé. Mais ce n'est pas encore ça, ça peut encore être amélioré… Par exemple, la régie est trop haute. On entend tous les bruits autour. Il faut trouver la bonne confi­gu­ration pour le gradin, afin d'avoir le plus possible d'espace". Les aména­ge­ments définitifs sont annoncés pour l'été prochain.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.